Jump to content
  • Chatbox

    You don't have permission to chat.
    Load More

All Activity

This stream auto-updates     

  1. Past hour
  2. 8eme etape en ligne: Le parcours de 2008 et de cette annee et le classement de l'edition 2008: http://www.v-l-m.org/races.php?idraces=20081219&type=arrived
  3. Today
  4. SMILY_World

    Funny boat picture

  5. uboot2935

    Joyeux Anniversaire !

    Bon Anniv' a La Marmotte et Franck !
  6. silverdolphin

    Joyeux Anniversaire !

    Franck et La Marmotte !
  7. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race 21 min · UPDATE, #GGR2018 13/12/18 Jean Luc Van Den Heede is still pushing head winds while Mark Slats rockets north with tail winds rapidly closing the gap. In the next 24hrs he should be just 700 miles behind and putting more pressure on before his winds move to the north and slow him down as the high pressure center moves across. Istvan Kopar Solo Circumnavigator is rushing south as fast as he can to get below the storm forming to his northwest. At this stage the tactic seems to be working as the system moves as predicted so far but this could change. He Gybed across last night and he will run with the strong NW wind until the storm arrives in about 24 hrs. Once through that he will have to keep looking over his shoulder as more Southern Ocean heavy weather will be pushing him toward the Cape Horn. Tapio Lehtinen is happy in his world with the expectation of a slow trip to the east and Uku Randmaa Golden Globe Race 2018 continues to drive as fast as he dare to get around the corner while the weather is favorable. Игорь ЗарецкийIGOR is still happy as can be to be free of his Barnacle farm and wants to get going as soon as possible. Susie Goodall Racing will be off the ship tomorrow and word is that there may be quite a bit of media waiting for her on the dock along with her mother. To step foot on land for the first time in 165 days will be another quite strange sensation and our thoughts are with her. PARIS NAUTIC Boat show... All the GGR team are at the Nautic for a GGR Les Sables d'Olonne Agglomération PRESS EVENT starting at 1100hrs local time and JL VDH will call in. If you are around you are all welcome. we will be on the VENDEE Stand HALL 1 just beside the MAIN STAGE! see you there.
  8. Logeo80

    Joyeux Anniversaire !

    JOYEUX ANNIVERSAIRE @Les marmotteaux
  9. Logeo80

    Golden Globe Race

    Day 164 – Lead narrows between Mark Slats and Jean-Luc Van Den Heede Istvan Kopar faces major storm Susie Goodall arrives in Punta Arenas on Friday Mark Sinclair – ‘Capt Coconut ‘– retires in Adelaide Igor Zaretskiy reaches Albany to make repairs – now in the Chichester Class Uku Randmaa’s ETA at Horn – Wednesday 19th Dec Dateline 16:00 UTC 12.12. 2018 – Les Sables d’Olonne, France As French race leader Jean-Luc Van Den Heede works to protect his shrinking lead over 2nd placed Dutch rival Mark Slats, the focus is once more on a violent storm in the Southern Ocean that looks likely to overtake 4th placed American/Hungarian Istvan Kopar on Friday. Race HQ has given permission for Istvan to take evasive action and move south into the NO-GO Zone, just as Estonian Uku Randmaa did to avoid the same storm that left Susie Goodall dismasted and in need of rescue a week ago. Race Chairman, Don McIntyre says: “We have just advised Istvan to head south as fast as possible. We hope he can make at least 180 miles, which is the lower marker on the distance track. We then have to hope the forecast track of this storm will be correct. Going South has risks because it takes him closer to the centre of the storm and sudden wind shift zone? But if he gets south he may miss the worst of it. Yesterday we alerted Istvan to run East as fast as possible to try and outrun the worst of the weather, but since then the storm has intensified and changed direction. It is for Istvanto decide what to do . GGR can only offer advise and we are updating him every 12 hours.” Leaders draw closer Jean-Luc Van Den Heede tacked to within sight of Rio’s Copacabana Beach today and is now entering the zone of headwinds that is likely to slow his progress considerably. The 73-year old has climbed Matmut’s mast again to check that his repairs to the lower shroud tang fastenings remain secure and seems happy enough for now, but these head winds will concentrate his mind on protecting the rig on his Rustler 36 at all cost. This will invariably slow the Frenchman down. At 12:00 UTC today, Matmut’s lead over Mark Slats rival Rustler 36 Ohpen Maverick is down to 946 miles, a loss of 76 miles during the past 9 days. That’s not enough of an average to overtake the Frenchman, but Slats knows this could all change during the next two weeks. He is hand steering much of the time, including at night, driving the boat hard and surfing on the best waves, knowing he can make big gains on the leader. His boat is in good shape and he is feeling strong and excited at this new race to the finish. The finish back in Les Sables d’Olonne is still some 5,000 miles way, but for Mark every hour of the day is important! He knows that anything can happen, so he has to be careful himself, but is charged with excitement. Can he make up the difference? Susie Goodall Susie Goodall is due to be dropped off at Punta Arenas on Friday when her rescue ship, the MV Tian Fu picks up a pilot prior to navigating through the Magellan Strait. She will be greeted by her Mother. One to miss her rivalry is Istvan Kopar who had been 780 miles behind when her yacht DHL Starlight was pitch poled and dismasted 7 days ago. But Kopar has his hands full. Not only is he facing a similar storm, but is struggling with major steering issues on his Tradewind 35 Puffin and also running very short of water. Nor does he have a working radio to pick up weather reports so is reliant on Race HQ to advise him about approaching storms as a safety measure. For now, he sits 4th overall – an amazing achievement considering. And perhaps this storm will have a silver lining and bring him rain! Media enquiries regarding interviews with Susie Goodall are being handled by Lucy Cadel, Maverick Sport, Tel +44 207 378 6969 mob: +44 7725 256427 E.mail lucy@mavericksports.com Barnacles While Uku Randmaa’s barnacle ridden Rustler 36 One and All was making 5.7knots today, the Estonian has revised his ETA to round Cape Horn from Monday 17th December to the 19th, 5th placed Tapio Lehtinen missed the opportunity two days ago to finally scrape clear the barnacles slowing his Finnish flagged Gaia 36 Asteria. The weather was calm without wind, but just as he was about to dive overboard, two sharks arrived and circled the boat for the rest of the day. His only consolation came with the text message: 09 Dec 06:13 UTC: SHARKS EATING THE BARNACLES (I THINK) SO DIDN’T NEED TO SWIM Tapio has since reported a leak in the bow, which he is trying to fix, and though he now has the winds from the right direction for a change, he is still making slow progress across the South Pacific and must wait for the next calm to finish off what the sharks began. Australian Mark Sinclair whose Lello 34 Coconut has also been plagued by barnacle growth, reached his home port of Adelaide last week just as his water supplies ran dry. He has decided to retire from the Race. Speaking by phone, he says that barnacles had slowed his yacht considerably, and though a team of friends had rallied round to clean the hull and make other repairs to the boat, he was concerned that reaching Cape Horn in early March was a little late in the season. Click here to listen to Sinclair announcement on Facebook Barnacles also proved the downfall of Russia’s Igor Zaretskiy who put into Albany, Western Australia on Wednesday to clean the hull of his Endurance 35 Esmeralda and replace a broken forestay. He blames the barnacles on a simple error of judgement made two days before the start from Les Sables d’Olonne, when he slipped his boat to wash the bottom and did not take the opportunity to apply another coat of antifouling. Zaretskiy is now demoted to the Chichester Class for making a stop and hopes to set sail again on Monday. This leaves just 5 of the original 17 starters competing in the Golden Globe Race. GGR at the Paris Boat Show Race leader Jean-Luc Van den Heede is scheduled to make a satellite phone call to the Paris Nautic Boat Show at 10:30 UTC (11:30 French time) on Thursday 12th Dec during a media event on the Les Sables d’Olonne Agglomeration stand. All entrants will be presented and plans for the arrival of the first boats home late January and the grand prizegiving event on April 22nd will be announced. Position of skippers at 12:00 UTC 12.12.18 Jean- Luc VDH (FRA)Rustler 36 Matmut Mark Slats (NED)Rustler 36 Ohpen Maverick Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria Chichester Class Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 Esmeralda RETIRED Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Lazy Otter Kevin Farebrother (AUS) Tradewind 35 Sagarmatha Nabil Amra (PAL) Biscay 36 Liberty II Antoine Cousot (FRA) Biscay 36 Métier Intérim Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB Are Wiig (NOR) OE 32 Olleanna Gregor McGuckin (IRE) Biscay 36 Hanley Energy Endurance Abhilash Tomy (IND) Suhaili replica Thuriya Francesco Cappelletti (ITA) Endurance 35 007 Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland Susie Goodall (GBR) Rustler 36 DHL Starlight Mark Sinclair (Aus) Lello 34 Coconut The barnacle growth on Igor Zaretskiy’s yacht, was slowing her down by 2 knots. Mark Sinclair is philosophical about his withdrawn from the Race. “I’ve enjoyed every moment of it” He says Mark Slats hopes to close the gap on race leader Jean-Luc Van Den Heede over the next two weeks This weather overlay is for 0800 UTC 1 4.12.18 showing the predicted position of the storm and the point 180 miles south where Race HQ has advised Istvan Kopar to be in order to avoid the worst of the weather.
  10. Logeo80

    Golden Globe Race

    VAN DEN HEEDE. ODILE: « SON CHAVIRAGE, J’EN ÉTAIS MALADE « GGR 2018, VU DE LA TERRE 1/3 #Le Tour des Mers vu de la Terre# Odile, la compagne de Jean-Luc Van Den Heede, n'est pas d'un naturel inquiet... sauf lorsqu'elle apprend le chavirage de son homme au large du Cap Horn Comment les proches des navigateurs « tourdumondistes » vivent le danger et l’éloignement? A Nantes, Odile poursuit son quotidien. Au large du Chili, son homme, Jean-Luc Van Den Heede remonte l’Atlantique après un chavirage. Il est premier de la Golden Globe Race (GGR 2018). Le recordman du Tour du monde à l’envers (2004), Jean-Luc Van Den Heede, 73 ans, est seul à bord de Matmut, son voilier de 10,70m, un Rustler 36. Le principe de la Golden Globe Race: boucler le tour du monde en course à la voile, en solitaire, sans assistance et sans électronique de bord. Le portable sur la table de chevet Odile, la compagne de « VDH » depuis une trentaine d’années a déjà vécu son deuxième Vendée Globe(1993), un Boc Challenge, une Route du Rhum et quatre tentatives (la dernière étant celle de la victoire) de tour du monde à l’envers, « l’Everest du marin ». Elle vit à Nantes, travaille, gère son quotidien. « Ma première occupation en me levant le matin c’est de regarder si j’ai un sms ou une alerte de l’organisation de la course. Je scrute avec autant d’excitation pour voir combien de milles il conserve que de veille pour m’assurer qu’il n’ait pas de pépin. » « J’ai appris son chavirage en réunion » Lundi 5 novembre. VDH essuie une succession de tempêtes au large du Chili, dans l’océan Pacifique. « J’étais au bureau en réunion avec deux collègues. Tout allait très bien. Vers 14h30, mon téléphone sonne. S’inscrit un numéro inhabituel avec plein de chiffres. Une fraction de seconde je me dis qu’il s’agit de la radio australienne. » « J’aurais préféré ne pas t’appeler. » « Le temps de prendre le téléphone et je comprends qu’il a un problème. J’ai ressenti un haut le coeur, un gros stress immédiat. Sa voix m’a dit: « Salut », j’ai répondu: « Oh super! ». Il a tranché: « J’aurais préféré ne pas t’appeler. J’ai chaviré. Je préfère te le dire moi-même plutôt que tu ne l’apprennes par la bande. Le mât est endommagé, je remonte vers le Chili, je vais vendre le bateau et rentrer en avion ». Odile vit les départs de Jean-Luc Van Den Heede depuis une trentaine d’années / Photo B.Gergaud via Facebook « Je n’ai pas eu peur » Depuis quelques heures, connaissant son homme et la météo de la zone, elle sent le risque poindre. « Le matin j’avais entendu sa vacation radio. Il était très froid, je ne l’avais jamais entendu comme cela auparavant, répondant de manière binaire. Avec une grosse houle croisée, un fort vent, il sentait le chavirage arriver. Il avait tout prévu: attaché la boîte à outils, se couchait à la gîte et non pas à la contre-gîte. » Elle l’entend au bout du fil. Elle sait qu’il n’est pas blessé, qu’il n’y a pas de trou dans la coque. « Il n’y avait pas de danger, je n’ai donc pas été effrayée, mais malade! Malade pour le rêve qui s’écroulait… Puis, je suis revenue en réunion. Les collègues connaissent Jean-Luc et ont vu qu’il y avait un problème. » Black out total En lien avec Lionel Régnier, son coach, elle passe à l’action de l’organisation pour la réparation du bateau à Valparaiso. « Je lui ai fait dire par les radio amateurs qu’un appel téléphonique supplémentaire lui interdirait de revenir en course (même en classe Chichester, hors classement), c’est interdit par le règlement. Donc à partir de là, black out total. » Finalement, VDH décide de réparer son mât tout seul et de continuer. Il est toujours premier devant Mark Slats. Odile: « J’ai toujours vécu les départ dans la gaieté » / Photo B. Gergaud via Facebook l’euphorie puis la réalité Pour elle, « les départs sont toujours très excitants car on est entouré par les copains, la presse, les sponsors. J’ai toujours vécu les départ dans la gaieté, jamais dans la peur. » D’un naturel stoïque et serein, elle ne tombe pas dans le pathos. Cependant, elle concède l’émotion de l’ultime moment. « Au dernier regard, tu ressens un pincement au coeur, oui. Il n’y a plus d’excitation, plus d’euphorie. On est face à la réalité. De l’évoquer, j’en ai encore des frissons. Je revois encore son regard. Quand il nous a fait salut, il n’y a pas d’émotion dans son geste: il est déjà dans sa course et il aime être sur l’eau. Quand il a quitté le ponton, il m’a dit au revoir comme s’il partait faire les courses. » « J’ai eu la trouille ce soir-là » Son compagnon, si expérimenté soit-il, à l’autre bout de la planète sur un petit bateau avec un mât brinquebalant… La peur? « Elle vient après, au premier pépin de Jean-Luc ou d’un autre concurrent. Jean-Luc [tous ses proches l’affirment, NDLR] est tellement confiant que ça occulte le risque. Quand il part, je me dis qu’il n’y a pas plus de crainte à avoir que quand il prend la voiture. » D’autres concurrents ont décrit les conditions qu’ils affrontaient dans les mers du Sud. « J’ai eu plus peur quand Abilash a chaviré. Quand j’ai vu son bateau, je me suis rendu compte que cette course est différente des précédentes. Le bateau est beaucoup plus petit et Jean-Luc a 15 ans de plus que la dernière fois. J’ai eu plus peur moi dans mon canapé que lui, là-bas, alors qu’il gérait la situation. J’ai eu la trouille ce soir-là. » Les arrivées, les retrouvailles Quand VDH rentrera, aux environs de la fin janvier, il aura passé huit mois en mer. « A l’arrivée, tout le monde se l’arrache, comme il est affable, il répond à tout le monde. Je sais bien que dans ces moments-là, je suis un peu la dernière roue du carrosse! En général je reste assez à l’écart, je n’aime pas me mettre en avant. Lorsque l’on rentre à la maison, il redevient lui-même. » Le skipper aux 11 passages du Cap Horn et 5 tours du monde navigue sous-toilé pour ne pas trop utiliser son mât fragilisé. A Nantes, sa compagne commence à guetter le calendrier. « Le moment que j’ai hâte de vivre? L’arrivée, lorsque l’on est bord à bord sur l’eau… Avoir son premier sourire (après la ligne, sinon il restera concentré et ne nous verra pas!). » https://www.mer-ocean.com/van-den-heede-odile-son-chavirage-jen-etais-malade/?fbclid=IwAR27lQM6el6-nRO2bb4butdBLz_TjBaImHgFBIoL8hvswCYg7pO2b5D_x34
  11. Yesterday
  12. Phille

    Baltic Route #8: Rostock - Kalmar

    until
    Baltic Route #8: Rostock - Kalmar ( Class40 )
  13. Bonsoir, IL y a eu des soucis de performances et d'accès à VLM depuis hier. C'est le fil des news vers facebook qui posait problème. J'ai fait une micro-modif ce soir et les mises à jours en attentes sont parues dans les publications FB de VLM. Faites moi signe si des choses pas prévues de passent du coté de FB ou s'il manque des notifications. ++
  14. uboot2935

    Joyeux Anniversaire !

    Bon Anniv' Peter le Rouge !
  15. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race 5 min · WOW! IGOR is a great sailor for sure...BUT!!! hard to go anywhere fast with a bottom like this!! AGGGH!!!! ESMERALDA will be OK soon with a racing bottom again....Barnacles everywhere... #GGR2018 answers a few questions
  16. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race FRENCH LANGUAGE UPDATE! JEAN LUC VDH a décidé de visiter la plage de Rio! et peut-être trouver des eaux plus calmes avec ses vents contraires frustrants. Il était à quelques milles du sable blanc et se dirige maintenant vers le large mais pas vers la ligne d'arrivée. Sa frustration va perdurer avec des progrès lents sur plusieurs jours. Il surveille son mât et chaque jour, Mark SLATS se rapproche un peu plus et pourrait gagner 150 milles dans les deux prochains jours. Il ne rapporte aucun problème pour le moment à bord de MATMUT. MARK SLATS pousse aussi fort qu'il le peut, mais il doit quand même finir et tout peut arriver lorsque la ligne d'arrivée est encore à plusieurs semaines de là. Il a mis de nouvelles voiles en réserve pour cette dernière étape et ne fait qu’un avec son bateau. La seule chose qui ne le passionne pas pour le moment, c’est la nourriture car tout a le même goût. JL VHD occupe son esprit, et la course est excitante pour lui! UKU RANDMAA poursuit sa propre course jusqu’au Cap Horn alors que la météo n’annonce aucune tempête. La porte est grande ouverte pour l’instant avec des conditions typiques de l'océan Austral. Le 19 décembre devrait être le moment clef pour lui. Il pense tous les jours à ses amis qui se sont retirés de la course et est heureux de naviguer à la troisième place provisoire. PIO LEHTINEN se déplace lentement en traînant ses bernacles, une frustration constante. Il garde le dessus quoiqu’il en soit. Il est toujours heureux de ne faire qu'un avec l'Océan et sait qu'il ne peut rien y faire, alors il avance ainsi. Le bateau est en bon état, tout comme la météo pour le moment, car l'Est s’approche facilement mais pas rapidement. MARK SINCLAIR a officiellement quitté la course aujourd'hui. Il a mis trop de temps pour atteindre le mi-parcours et il le sait. Sa prolifération de bernacles n’a pas aidé et il a manqué d’eau alors qu’il naviguait prudemment au nord du meilleur itinéraire pour éviter les tempêtes et dans le même temps échapper à la moindre pluie! Un accueil aussi chaleureux de la part de votre famille et de vos amis, contre la perspective de naviguer lentement vers le Cap Horn en fin de saison, amènent à une décision facile à prendre. Tout de la GGR lui manquera et il a aimé chaque minute passées, qui sait...peut-être la GGR 2022 ?? Nous espérons le voir à l'Agglomération des Sables d'Olonne le 22 avril pour la dernière grande fête! IGOR ZARETSKY a un gros travail devant lui aujourd'hui qui consiste à nettoyer les bernacles de sa coque. Il remplacera son étai endommagé par un autre étai plus large que celui qui a été brisé et espère ensuite repartir DIMANCHE en catégorie CHICHESTER jusqu’en France. Nous attendons avec impatience de voir les photos des bernacles. ISTVAN KOPAR a reçu une alerte météo suite à une tempête dangereuse approchant sa position d’ici deux jours. Nous espérons qu'il pourra parcourir au moins 180 milles, ce qui correspond au point le plus bas sur le tracker. Nous devons ensuite espérer que la trajectoire estimée de cette tempête sera correcte. Se diriger vers le sud comporte des risques car il se rapproche du centre du système et de la zone de vents instables? S'il se dirige vers le sud, il pourrait éviter le pire. Le système a bougé et s’est intensifié au cours des 18 dernières heures. Hier, nous avons conseillé à Istvan de se diriger vers l’Est aussi vite que possible pour le distancer, mais cela ne fonctionne plus car il a changé de direction. Ce sera à Istvan de décider quoi faire. La GGR ne peut qu'émettre des conseils. Nous le tenons informé des évolutions météos toutes les 12 heures. Croisez les doigts.
  17. SMILY_World

    Funny boat picture

  18. silverdolphin

    Joyeux Anniversaire !

    peter le rouge
  19. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race STORM ALERT for Istvan Kopar Solo Circumnavigator It looks familiar! Another one! The position of Istvan's boat on this map is real time now. The weather overlay is for 0800UTC on the 14th in just over two days time. We have just advised Istvan to Immediately head south as fast as possible. We hope he can make at least 180 miles which is the lower marker on the distance track. We then have to hope the forecast track of this storm will be correct. Going South has risks as it moves closer to the center with the sudden wind shift zone? If he gets south he may Miss the worst of it. It changed and intensified in the last 18hrs. Yesterday we ALERTED Istvan to run East as fast as possible to outrun it but this now does not work as it has changed track. It will be up to Istvan to decide what to do . GGR can only offer advice . we update him every 12 hrs. Keep your fingers crossed. #GGR2018.
  20. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race a partagé une vidéo en direct. Mark Sinclair has decided to retire from the #GGR2018 after a great adventure...One of the unique aspects of the GGR is the diverse color and character of entrants and their ability to follow dreams as well as serious challenge. Good luck Capt'n Coconut and hope to see you again in Les Sables d'Olonne Agglomération on April 22nd for the final party! ...we will miss you.
  21. Last week
  22. Phille

    Sydney Hobart Yacht Race

    until
    Sydney Hobart Yacht Race ( Transpac52 )
  23. Bateau: Transpac 52 VAC: 5 minutes Duree estimee: 3 jours Depart: Mercredi 26 Decembre 2018 a 03h00 CET (02h00 GMT) Site officiel Pour suivre les vrais
  24. frogeater

    Joyeux Anniversaire !

    beau cadeau cette fourmi2 pour mon anniversaire, il me faut du temps de repos maintenant à mon age….j'espère que les routes vont se dégager pour retourner sur l'eau qui mouille le WE prochain.
  25. marko56

    Joyeux Anniversaire !

    Joyeux anniversaire au vainqueur du jour. santé
  26. cab

    Fourmi Polaire #2

    @frogeater Je te rejoins pleinement : les polaires de ces bateaux font qu'on va très vite, plus que les conditions météos et qu'on s'engage souvent dans des choses incroyables.. qui se referment vite devant nous simplement parce qu'on vise trop loin. Si je devais la refaire je n'appliquerai pas la même stratégie je crois, je me contenterais du court terme ou presque en terme de météo, tant que ça m'amène ds le bon sens Bravo pour ta remontée exceptionnelle depuis ta descente laborieuse du Pacifique et ton podium de quelques secondes Effectivement Mimich aurait mérité mieux mais la météo finale (et le big jump de 2h) en ont décidé autrement On se reverra !
  27. Fripouille

    Golden Globe Race

    CERTAINS SE DEMANDENT POURQUOI ? Un point de vue personnel sur cette aventure inspirante – par Don McIntyre, fondateur de la Golden Globe Race. Le sauvetage en cours de la navigatrice britannique Susie Goodall à bord de son voilier DHL Starlight ayant dématé après avoir été frappé par d’une tempête à 2 000 milles à l’ouest du Cap Horn en début de la semaine a amené certains à se demander si cette course n’était pas trop dangereuse ? L’événement est-il sécurisé ? Faut-il arrêter la Golden Globe Race après cinq bateaux dématés et trois sauvetages ?. Questionnement intéressant qui consiste à se demander si la course devrait continuer après cinq bateaux ayant démâtés et trois sauvetages. Cela fait abstraction du fait le plus simple : le capitaine de n’importe quel navire peut à tout moment revenir dans n’importe quel port et abandonner son voyage. ILS / ELLES SONT MAÎTRES DE LEUR PROPRE DESTIN. Quoique les organisateurs de la Golden Globe Race devraient ou pourraient faire, je peux vous assurer que cela n’aurait pas d’impact sur les navigateurs actuellement en mer, car ils continueraient leur route comme ils le font en ce moment. Ils adorent ça. Chaque participant à la GGR sans exception est un marin très expérimenté sur un bateau bien préparé, qui s’est porté volontaire pour relever ce défi avec entrain et enthousiasme. Ils ne sont pas là pour l’argent, ni pour la gloire. Ils sont là pour relever le défi et recherchent l’Aventure. Toute aventure comporte des risques et nous réserve par nature un résultat inconnu. Sans aventures, ni ceux qui sont prêts à se dépasser, le monde serait pire. Il en va de l’aventure responsable, et la Golden Globe Race 2018en est une pour sûr. Prenons le cas de Susie Goodall. C’est une navigatrice professionnelle hautement qualifiée avec une large expérience maritime. Elle navigue sur un voilier construit et préparé par un constructeur de bateaux considéré comme l’un des meilleurs au monde. Son mât et son gréement ont été conçus et reconstruits par l’un des plus grands et des meilleurs au monde, ayant compris parfaitement le défi qui était à venir et que les retournements et renversements feraient partie de la réalité. Son équipement de sécurité, son entraînement et son programme de minimisation des risques effectué dans le cadre de l’Avis de course GGR sont exceptionnels et de la plus haute qualité. L’Administration maritime française a mentionné que l’Avis de course de la GGR était LE MEILLEUR qu’ils aient vu parmis TOUS ceux des événements nautiques en France. Le défi est très simple et pur. Effectuer le tour du monde en solitaire à bord d’un petit bateau éprouvé en haute mer. Les gens naviguent ainsi depuis plus de 50 ans. De tout âges, jeunes et vieux, comme David Dix, Jon Saunders, Jesse Martin, Jessica Watson, Vito Dumas, Minoru Saito, Kay Cottee, et bien sûr, Sir Robin Knox Johnston, le premier à avoir effectué un tour du monde sans escale il y a 50 ans. Les marins ordinaires du monde entier embarqués à bord de bateaux ordinaires naviguant sur les océans pour les mêmes raisons, observent, écoutent et apprennent de la GGR comme jamais auparavant. Il en va de même pour les futurs participants à la Golden Globe Race 2022 et ils sont nombreux! Tout comme pour les organisateurs de la Golden Globe Race. Sir Robin Knox Johnston mène actuellement une enquête approfondie concernant les questions relatives aux tactiques adoptées durant les tempêtes affrontées par les concurrents de la GGR, prenant en compte la conception des gréements et l’ensemble des éléments qui ont conduit aux démâtages et aux trois sauvetages. Ce rapport sera publié à la fin de la course. En tant que fondateur de la GGR, je suis moi aussi surpris de l’issue de certaines tempêtes et de ces dématages. Je maintiens depuis des années que c’est un incroyable défi, comme le monde n’en a encore jamais vu auparavant, et c’est bien le cas. Certains peuvent se demander quel est l’intérêt de continuer? La réponse est très simple. Personne ne devrait jamais et ne pourra jamais empêcher l’esprit d’aventure, c’est la nature humaine. L’aventure fait partie de nous. Combien de fois avez-vous vu le mot AVENTURE dans votre vie, à la télévision, à côté d’un abris-bus ou d’un slogan publicitaire? C’est l’essence même d’une vie bien remplie. Certains peuvent ne pas comprendre l’éthique, ou la base de cette nouvelle renaissance culturelle étonnante de la navigation qu’est la Golden Globe. Certains diront que c’est dangereux parce que ce ne sont pas des voiliers rapides de 60 pieds à foils. Ce n’est pas la question. D’autres admireront le courage, la détermination et la bravoure des personnes prêtes à entreprendre une telle aventure de manière responsable. La GGR est ancrée dans la réalité avec de vrais marins sur de vrais bateaux. Des bateaux, des mâts et des marins ont été perdus dans toutes les courses du monde, notamment la Volvo Race, le Vendée Globe, la Clipper Race, la Whitbread Race et le BOC Challenge. Il suffit de regarder les résultats de la récente course transatlantique en solo de la Route du Rhum, au cours de laquelle 35% de la flotte a été assommée après une seule tempête. Les conceptions modernes, la construction composite les plus récentes et la technologie satellite n’ont pas empêché certains de démâter ou de devoir êtres secourus. Il n’y a rien contre les voiliers plus lents, les techniques de navigation traditionnelles et les normes de sécurité qui caractérisent la course du Golden Globe. Ces événements sont autant d’aventures avec des jeunes et des plus âgés, des hommes et des femmes qui vivent leurs rêves. Ils inspirent chacun d’entre nous. Quelle que soit la définition de l’aventure, la Golden Globe Race est difficile, et peut-être même la plus dure de toutes. Bien que nous soyons tous attristés par le fait que Susie doive abandonner son bateau et que nous soyons très reconnaissants des efforts déployés par de nombreuses personnes, institutions et entreprises pour la ramener en toute sécurité, la GGR va continuer. Le soutien des marins passionnés du monde entier est énorme, et grandit chaque jour! Il reste encore un long chemin à parcourir jusqu’à l’arrivée. Tout peut arriver. Un seul bateau avait terminé en 1969. C’est ce qu’est l’Aventure, et l’édition 2018 reste très responsable. L’édition 2022 le sera encore davantage. SOURCE :GGR officiel
  28. frogeater

    Fourmi Polaire #2

    La course a été assez galère en effet, tous ceux qui ont pris la tête depuis 70j se sont systématiquement retrouvé dans un cul de sac à un moment, avec une pénalité pour reprendre une nouvelle route de plusieurs heures. La course a donc été très frustrante pour beaucoup à un moment ou à un autre. il y a eu plus d'une fois une redistribution des cartes assez injuste. (descente du pacifique, impossibilité de sauter les depressions dans le sud, decalage du passage 25N au moment où l'on passe, et pas le moindre, ceux qui tirent tout droit dans l'anticyclone des azores se retrouvent en tête (virtuellement) avec la vac plein pot de 3h d'update du serveur. Mimich, pour son oeuvre sur l'ensemble de la course aurait mérité mieux, mais c'est pour ça aussi qu'on aime VLM et ses fortunes de mer. On s'ennuierait sinon!
  29. Mimich

    Fourmi Polaire #2

    BRAVO Bravo bravo !!! à ceux qui viennent des Açores ! Porigo aurait pu gagner s'il n'était pas trop monté Nord dimanche ( il a croisé devant les premiers) à Yo, dans le pacifique déjà je me disais "je veille Yaugrain" 🌪️🌩️ à Frog qui reste un Grand maître de ce jeu, On a pourtant bien essayé de le manger et on s'est demandé ou il est allé se perdre dans la descente du Pacifique ... Un peu d'amertume quand même pour la maj VLM qui m'a mis dedans. Un super parcourt qui pourrait (de l'avis des Gnas) , pouvoir être raccourci en gardant la partie la plus intéressante LE TOUR DES AMÉRIQUES. Dans les 2 sens et en 2 étapes et une autre fois en OAD Merci à Tousse !
  1. Load more activity
  • Newsletter

    Want to keep up to date with all our latest news and information?

    Sign Up
×

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.