Jump to content

Logeo80

Tavernaute
  • Content count

    802
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    6

Logeo80 last won the day on March 14

Logeo80 had the most liked content!

Community Reputation

8 Neutral

2 Followers

About Logeo80

  • Rank
    Circumnavigateur
  • Birthday 06/05/1970

Contact Methods

  • Yahoo
    steffrance80@yahoo.com

Profile Information

  • Genre/Gender
    Masculin/Male
  • Position
    Accra Ghana / Presqu'ile de Rhuys

Recent Profile Visitors

742 profile views
  1. Logeo80

    La longue route

    Falmouth célèbre Sir Robin Knox-Johnston et SUHAILI PPL Photo Agency - Copyright free for editorial use only Photo Credit: Bill Rowntree/PPL/GGR ***2018 Golden Globe Race - Suhaili 50 Falmouth Parade of Sail June 14 2018. Sir Robin Knox-Johnston's original yacht SUHAILI leads Sir Francis Chichester's historic yacht GIPSY MOTH IV through the 200-strong fleet of wellwishers celebrating the 50th anniversary of Sir Robin's departure from Falmouth to become the first man to sail solo non-stop around the world. Alors que le départ de la Golden Globe Race sera donné le 1er juillet aux Sables d’Olonne, tous les concurrents se sont rendus à Falmouth pour une grande parade nautique à Falmouth afin de célébrer le 50è anniversaire du départ de Sir Robin Knox-Johnston sur SUHAILI, premier solitaire à faire le tour du monde sans escale. PPL Photo Agency – Copyright free for editorial use only Photo Credit: Bill Rowntree/PPL/GGR ***2018 Golden Globe Race – Suhaili 50 Falmouth Parade of Sail June 14 2018. Sir Robin Knox-Johnston’s original yacht SUHAILI leads Sir Francis Chichester’s historic yacht GIPSY MOTH IV through the 200-strong fleet of wellwishers celebrating the 50th anniversary of Sir Robin’s departure from Falmouth to become the first man to sail solo non-stop around the world.
  2. Logeo80

    Vlm Ocean Race 2017-18

    Dongfeng a toutes ses chances Leg 10, from Cardiff to Gothenburg, day 05 on board Dongfeng. 14 June, 2018. Hier soir à Göteborg, Dongfeng terminait 4ème de la 10ème étape de la Volvo Ocean Race derrière Team Brunel, MAPFRE et AkzoNobel. Même s’il est déçu de cette quatrième place, le skipper de Dongfeng sait qu’il y a une chance. Cela fait plus de 18 mois que Charles Caudrelier et son équipage se préparent pour concrétiser ce rêve de remporter la Volvo Ocean Race. Retour sur une étape incroyable et sur le classement de l’équipe : « Ça va être une belle fin pour l’histoire de la Volvo Ocean Race car il y a trois bateaux à égalité ! J’imagine que pour les fans de la course, ça va être un finish incroyable ! » Charles Caudrelier, skipper. « L’arrivée était un peu compliquée au milieu des cailloux. C’est décevant car nous étions bien partis mais nous avons eu un souci de vitesse sur ces dernières 24 heures. Je ne comprends pas car nous n’avons pas arrêté de regarder et de tout vérifier, c’est peut-être tout en haut de la quille. C’est Brunel qui gagne alors que nous étions devant lui. Ils ont fait un gros come-back. Tout le monde allait plus vite que nous et ils nous ont doublés. On n’a pas fait le break. Ça va être une belle fin pour l’histoire de la Volvo Ocean Race car il y a trois bateaux à égalité ! J’imagine que pour les fans de la course, ça va être un finish incroyable. Vous avez dû souffrir avec nous mais il y a toujours l’espoir de gagner cette course Nous donnerons tout ce que nous pouvons. » Pascal Bidégorry, navigateur : « Nous avons fait un départ moyen mais ensuite nous sommes bien remontés et avons pris la tête. On passe les Shetlands en 2ème position et depuis on avançait plus. Turn The Tide On Plastic nous a doublés et on a même fait une marche arrière pour voir si quelque chose était dans la quille, puis nous sommes repassés devant. Celui qui gagnera la Volvo Ocean Race sera celui qui gagnera la prochaine étape, on ne peut pas faire mieux comme suspense ! » Fabien Delahaye, régleur/barreur : « C’était une étape courte et intense, on a fait beaucoup de changement de voiles et de manœuvres. Il y avait du vent fort et c’était très humide. On a eu un souci de vitesse ces dernières 24h. On a essayé de trouver des solutions. » Justine Mettraux, régleuse : « Toute l’équipe aurait préféré gagner cette étape pour être plus sereine sur la fin. Il va vraiment falloir assurer sur la fin mais cette équipe est capable de le faire. C’est beaucoup de travail avant et pendant la course, j’espère que cela va finir par payer. » Kevin Escoffier, barreur/équipier d’avant : « C’était très intense. Ça aurait pu être pire au classement, et beaucoup mieux aussi ! Nous avons montré que nous pouvions être devant mais nous avons un problème de vitesse. Pendant cette escale, il faudra comprendre pourquoi, plonger et voir sous la quille. C’était très condensé, un départ dans les petits airs, du dévent en remontant par l’Ouest de l’Irlande, puis plus de 40 nœuds au Nord de l’Écosse. Toutes les voiles y sont passées. On n’a pas vu grand-chose car nous étions dans le brouillard. J’espère que c’était aussi excitant à vivre de l’intérieur que passionnant à suivre de l’extérieur. » CLASSEMENTS Classement de la 10ème étape entre Cardiff et Göteborg 1. Team Brunel ???????? B.Bekking, 4j 5h 12mn et 1s 2. MAPFRE ???????? X.Fernández, à 1’55’’ 3. Team AkzoNobel ???????? S.Tienpoint, à 20’52’’ 4. Dongfeng Race Team ???????? C.Caudrelier, à 33’51’’ 5. Turn the Tide of Plastic ???????? D.Caffari, à 49’59’’ 6. Vestas 11th Hour Racing ???????? C.Enright à 1h14′ 7. Sun Hung Kai/Scallywag ???????? D.Witt à 3h13′ Classement général de la course après 10 étapes 1. MAPFRE ???????? X.Fernández, 65 points 1. Team Brunel ???????? B.Bekking, 65 points 3. Dongfeng Race Team ???????? C.Caudrelier, 64 points (+1 bonus temps cumulé) 4. Team AkzoNobel ???????? S.Tienpoint, 53 points 5. Vestas 11th Hour Racing ???????? C.Enright , 38 points 6. Sun Hung Kai/Scallywag ???????? D.Witt, 30 points 7. Turn the Tide of Plastic ???????? D.Caffari, 29 points Tous les classements A BORD DE DONGFENG Charles Caudrelier (FRA), skipper Pascal Bidégorry (FRA), navigateur Daryl Wislang (NZL), chef de quart Fabien Delahaye (FRA), régleur/barreur Carolijn Brouwer (NED), régleuse Justine Mettraux (SUI), régleuse Black ‘Liu Xue’ (CHN), équipier d’avant Kevin Escoffier (FRA), équipier d’avant Jack Bouttell (ENG/AUS), équipier d’avant
  3. Logeo80

    Vlm Ocean Race 2017-18

    La chevauchée fantastique de Brunel ! Leg 10, from Cardiff to Gothenburg, arrivals. 14 June, 2018. Cette étape s’annonçait comme un sprint, un concours de vitesse, elle s’est finie en chevauchée fantastique avec la tempête Hector en fond sonore et 40 nds à négocier pour les 7 VOR65 à 800 milles de l’arrivée entre le nord de l’Ecosse et Göteborg sur les 1700 milles du parcours. Tout s’est joué au nord de l’Ecosse cette nuit où Team Brunel aura été magistral remontant la flotte, dépassant Dongfeng puis Mapfre et l’emportant finalement avec 0,4 milles d’avance. Au bout, une belle récompense pour l’équipe néerlandaise, la victoire d’étape et le bonus point mais surtout toutes les chances de gagner cette Volvo en se retrouvant à égalité de points avec Mapfre et Dongfeng au classement général. Du jamais vu dans la Volvo et qui annonce une dernière étape incroyable. Deuxième, Mapfre a montré qu’elle était encore là après deux étapes où l’équipage était cramés. Son beau coup tactique à l’ouest de l’Ecosse a été une belle prise de risque qui a failli être récompensé par une victoire d’étape. Cela s’est joué à peu de chose. Troisième le Team AkzoNobel est venu perturbé la hiérarchie de la course, tout comme Turn the Tide on Plastic qui aurait pu prendre la 4è place. La surprise de cette étape est sans aucun doute la contre-performance de Dongfeng qui termine 4è et qui a manqué de vitesse à partir du nord de l’Ecosse. Charles Caudrelier après son passage de l’arrivée : » On a eu un problème de vitesse depuis 24h. On a tout regardé mais on n’a pas trouvé d’où cela pouvait venir ». Si la course s’est jouée sur les derniers 800 milles, le match avait pourtant bien commencé dans des petits airs de Cardiff jusqu’au Fastnet. Dongfeng s’en sortait bien avec 3-4 milles d’avance à ce moment-là jusqu’à tomber dans une molle, perde son avance et se retrouver à marquer ses deux concurrents directs. Tout a basculé au nord de l’Ecosse. Était-ce un problème de filet ou de quelque chose de coincé dans la quille ? On le saura dans les prochains jours. On peut s’interroger peut-être sur sa trajectoire qui semblait moins abattue que celle de Mapfre et Team Brunel. Bouwe Bekking, interrogé sur la meilleure vitesse de son bateau et sa capacité à rattraper et Dongfeng et Mapfre racontait qu’ils avaient trouvé à bord les bons réglages pour aller plus vite. Psychologiquement, on peut craindre que du côté de Dongfeng l’étape laisse des traces mais Charles Caudrelier restait confiant : « Il y a toujours bon espoir de gagner la course, on va y arriver, il faut juste terminer devant les deux autres bateaux! » A l’issue de cette étape, il est évident que la dynamique est du côté de Team Brunel. Mapfre a toujours autant de réussite pour s’en sortir quant à Dongfeng, il y a des problèmes de vitesse dont il va falloir trouver très vite la solution. Ces trois équipes vont devoir tout donner le 21 juin prochain, dernière étape de 700 milles – Göteborg – La Haye. Ce final s’annonce incroyable.
  4. Tango, premier à franchir la ligne C’est à l’issue d’un duel épique que le Wally Cento Tango a franchi, ce jour, la ligne d’arrivée de la Rolex Giraglia à 13h20 à Gênes. Il boucle les 241 milles ralliant Saint-Tropez à Gênes, via le rocher de la Giraglia, en 11h24. Tango termine la course avec un peu plus de neuf minutes d’avance sur Galateia et vingt minutes sur le troisième Wally Cento qui complète ce podium – Magic Carpet Cubed de Sir Lindsay Owen-Jones. C’est bord à bord que les trois voiliers ont navigué durant toute la course au large, offrant un scénario plein de suspens où Magic Carpet Cubed tenait la première place durant toute la descente vers la Corse avant de laisser l’avantage à ses poursuivants.
  5. Logeo80

    Vlm Ocean Race 2017-18

    Pas d’avarie à bord de Dongfeng Quatrième à quelques heures de l’arrivée, Dongfeng est allé moins vite que ses concurrents directs Mapfre et Team Brunel depuis cette nuit. De quoi s’interroger sur une probable avarie à bord en regardant régulièrement le tracker de la course où l’équipe a été moins rapide, se faisant dépasser par Turn The tide on plastic alors que Team Brunel rejoignait puis dépassait Mapfre. Dans cette course de vitesse, Dongfeng n’est vraiment pas le plus rapide. Une vraie déception pour tous les fans et une incompréhension à terre mais aussi à bord : » Nous n’avons pas été très rapides et nous ne savons pas pourquoi. C’était très venté, entre 30 et 40 nœuds, avec deux ris dans la grand-voile et le J2 (Foc). Nous étions derrière MAPFRE, puis Brunel nous a dépassé, suivi cette nuit par AkzoNobel et Turn The Tide, » explique cet après-midi le Malouin Kevin Escoffier. « Il y a encore beaucoup de travail jusqu’à Göteborg pour revenir sur les leaders. » Martin Keruzoré, reporter embarqué confirme. « Il n’y a pas de problème technique à bord. Ils ont lutté avec la vitesse et peut-être que quelque chose était sur la quille mais ils ont vérifié plusieurs fois. Il y a naturellement de la tension mais ces gars et ces filles vont tout donner jusqu’au bout. » Au classement général, si le podium en reste là, les 3 équipes seront à tous à égalité en prenant en compte le point bonus de Dongfeng. Trente-cinq nœuds de vent, grosse mer, sur le tribord, avec deux ris dans la grand-voile, l’obscurité et une vitesse moyenne de 18 nœuds – voilà les ingrédients de ce passage très difficile à travers la mer du Nord. Les images de Dongfeng Race Team prises cette nuit montrent une scène sauvage alors que le bateau navigue vers la pointe Sud de la Norvège, poussé par les vents puissants de la tempête Hector. Depuis qu’il a passé la pointe de l’Écosse, Dongfeng est resté légèrement au vent de MAPFRE, leader actuel de l’étape. Au cours des dernières heures, l’équipe battant pavillon chinois est passée de la deuxième à la cinquième place et est actuellement revenu en quatrième position. A 189 milles de l’arrivée, cinq bateaux se tiennent en un peu plus de cinq milles. Cela va être une dernière journée très intense et exigeante avec un vent très soutenu qui va les accompagner jusqu’au port suédois. Charles Caudrelier et son équipage sont attendus tard dans la soirée sur la ligne d’arrivée. D’ici là nous vous invitons à suivre le tracker en direct et ‘jouer’ avec le simulateur de calcul de points. A BORD DE DONGFENG Charles Caudrelier (FRA), skipper Pascal Bidégorry (FRA), navigateur Daryl Wislang (NZL), chef de quart Fabien Delahaye (FRA), régleur/barreur Carolijn Brouwer (NED), régleuse Justine Mettraux (SUI), régleuse Black ‘Liu Xue’ (CHN), équipier d’avant Kevin Escoffier (FRA), équipier d’avant Jack Bouttell (ENG/AUS), équipier d’avant
  6. Départ de la 66e Rolex Giraglia C’est sous un ciel bleu et un vent établi d’une dizaine de nœuds que la flotte des 212 monocoques a fait ses adieux à Saint-Tropez en prenant le départ de la course au large de la Rolex Giraglia, direction Gênes en Italie. La célèbre course de 241 milles via le rocher de la Giraglia au nord de la Corse devrait mettre à l’épreuve la patience et la détermination des équipages en raison du petit temps annoncé en Méditerranée. A la Fourmigue – le premier point de passage situé à 26 milles du départ – trois 100 pieds viraient déjà en tête : Magic Carpet Cubed, Leopard 3 et Tango, suivis de près par le vainqueur de l’épreuve en 2017, Freccia Rossa. La course pour la victoire en temps réel promet d’être l’une des plus serrées de ces dernières années, une douzaine de monocoques paraissant en mesure de l’emporter. « Il semble probable que cela prenne entre 24 et 25 heures pour arriver à Gênes », commentait Thierry Peponnet, tacticien sur Tango, l’un des yachts favoris de la course. Alex Schärer, propriétaire de Caol Ila R et second en 2017 dispose de l’expérience nécessaire pour faire face à ces conditions légères. L’an passé, le Suisse avait parcouru la distance en 33 heures à bord de son Maxi 72 mais il estime que « la victoire en temps réel sera plus compliquée à obtenir cette année pour l’un des Maxi72 en raison de la présence des Wally Cento et de Leopard 3. Lorsque les bateaux sont proches en rating et en performance, le travail de l’équipage et très important. Il va vraiment falloir considérer différentes approches vers le rocher de la Giraglia et lors de la remontée vers Gênes pour espérer gagner ». Si la victoire en temps réel est convoitée de tous, le prix le plus disputé demeure le Rolex Challenge Trophy ainsi que la montre Rolex décernée au vainqueur de la course en temps compensé. Les premiers équipages professionnels ne devraient passer qu’une nuit en mer. Pour les amateurs, très nombreux sur la course, la route sera beaucoup plus longue.Cartographie de la Rolex Giraglia 2018 en direct ici .
  7. Logeo80

    Vlm Ocean Race 2017-18

    Mapfre, Dongfeng, Team Brunel faites vos jeux! Leg 10, from Cardiff to Gothenburg, day 04 on board Dongfeng. Lot of water on deck. 13 June, 2018. Mapfre est en tête et tire toujours profit de son coup tactique à l’ouest de l’Ecosse avec 2,8 milles d’avance ce soir à 22h30 sur ses poursuivants, Dongfeng et Team Brunel qui ont regagné leur milles de retard mais surtout Brunel qui revient fort. L’arrivée prévue demain soir ce jeudi promet de se jouer à rien et sera capital au classement général. Le grand perdant sera le troisième de l’étape, Brunel ayant le plus à perdre à cette place. Les paris sont ouverts. Après trois jours de mer, MAPFRE pointe en tête mercredi de la dixième et avant-dernière étape de la Volvo Ocean Race devant Dongfeng Race Team, alors que la flotte évolue au nord de l’Ecosse. Place désormais à un sprint final de plus de 500 milles vers Göteborg, où les sept Volvo Ocean 65 sont attendus à partir de jeudi soir. Avantage MAPFRE ! Alors que la flotte en a terminé mercredi avec la remontée des côtes irlandaises, l’équipage mené par Xabi Fernández est sorti en tête de la petite bataille stratégique qui, depuis lundi soir et le passage de la pointe sud-ouest de l’Irlande, a monopolisé l’attention des navigateurs des sept Volvo Ocean 65 partis dimanche de Cardiff. Tout l’enjeu consistait à négocier au mieux le passage d’une petite dorsale anticyclonique derrière laquelle se présentait un puissant flux de sud-sud-ouest. En choisissant de rester le plus nord possible, là où la plupart de ses rivaux tentaient un petit décalage par l’ouest, Joan Vila, le navigateur espagnol, a réussi son coup, permettant à MAPFRE de s’emparer des commandes de la flotte dans la journée de mardi et de s’offrir mercredi un petit matelas de 5 milles d’avance sur Dongfeng Race Team, tandis que Turn the Tide on Plastic et Team Brunel suivaient à moins de 10 milles. « Aller traverser la dorsale à l’ouest était critique, a commenté mercredi matin Rob Greenhalgh, barreur à bord de MAPFRE. Nous avons préféré aller pendant 24 heures le plus au nord possible dans le but de traverser cette dorsale de manière plus confortable. Nous en sommes à peu près tous sortis en même temps, mais nous avons réussi à créer un petit écart avec les autres. Jusqu’ici tout va bien, tous les principaux acteurs sont là où nous voulions qu’ils soient ». C’est-à-dire derrière le bateau espagnol, en particulier ses deux rivaux dans la course à la victoire finale sur cette Volvo Ocean Race, Dongfeng Race Team et Team Brunel. Et si la flotte s’apprête mercredi en fin de journée à négocier une petite transition au niveau des Orkney Islands, au nord de l’Ecosse, les 550 milles restant à couvrir jusqu’à Göteborg s’apparentent à un sprint vent dans le dos, de 25 à 45 nœuds en rafales, avec beaucoup de pluie et peu de visibilité, un temps assez typique de la Mer du Nord. « Tous les choix stratégiques ont été faits, c’est désormais une course de vitesse dans du portant assez fort, il va falloir être rapide et bien manœuvrer pour essayer de rattraper MAPFRE », a confirmé Kevin Escoffier à bord de Dongfeng Race Team qui, avant cette étape, occupait la tête du général avec un point d’avance sur MAPFRE et trois sur Team Brunel. Autant dire que vu le peu de temps qu’il reste jusqu’à l’arrivée à Göteborg, prévue jeudi soir, on va peu dormir sur les sept Volvo Ocean 65 lancés pleine balle vers la Suède. Ce qui est déjà le cas depuis le départ de Cardiff, comme l’a confié l’Australienne Nina Curtis, équipière à bord de Team Brunel : « Nous n’avons pas beaucoup dormi depuis le début de l’étape, je n’ai pas dormi plus d’une heure d’affilée. Les gars m’avaient dit que ce serait intense, mais c’est vraiment un autre niveau en termes de rythme ». Le jeu en vaut en tout cas la chandelle… Réponse demain soir !
  8. Logeo80

    Vlm Ocean Race 2017-18

    Une petite avance pour MAPFRE Leg 10, from Cardiff to Gothenburg, day 04 on board MAPFRE, the crew moving sails durting a peeling. 13 June, 2018. MAPFRE a pris une petite avance de 5 milles sur la flotte en profitant de son décalage plus à l’ouest quelques 24h plus tôt. La flotte de la Volvo Ocean Race devrait atteindre la point nord de l’Écosse dans l’après-midi ce mercredi… Ce mercredi matin, ce sont les Espagnols de MAPFRE qui se sont emparés de la première place du classement, 13 heures après avoir empanné pour mettre le cap au Nord-Est, en direction de la pointe de l’Écosse. Moment clé de cette dixième étape, c’est hier vers 21h00 heure française que tous les bateaux décidaient d’empanner pour finalement mettre le cap sur le Nord de l’Écosse, qu’ils devraient atteindre en fin de journée. Perturbée par le passage d’une dorsale porteuse de vents très légers, la route de nos sept concurrents les voyait s’éloigner des côtes Irlandaises, pour aller toucher un vent plus fort et stable. Et c’est en fin de journée qu’ils parviennent à laisser cette dorsale dans leurs sillages, pour retrouver ce vent de sud d’une vingtaine de noeuds. Résultat, plus de 20 noeuds de vitesse moyenne depuis hier soir, et une distance à l’arrivée qui est passée sous la barre des 700 milles nautiques. À bord du leader MAPFRE, la médaillée d’Or Olympique Támara Echagoyen nous confiait ce matin : « Nous sommes maintenant dans la meilleure position possible. Hier a été difficile pour nous et nos concurrents, car on a eu beaucoup de changements en terme de conditions. Maintenant nous devons nous focaliser sur notre course à nous, et continuer de travailler dur, parce qu’il nous reste beaucoup de milles à parcourir. Nous devons travailler d’autant plus dur pour essayer de maintenir notre première place jusqu’a la fin de cette étape. » Jusqu’ici tout va bien, nous sommes satisfaits d’avoir nos principaux concurrents exactement là où on le voulait Rob Greenhalgh À 11h00 ce matin, MAPFRE compte une avance de 5 milles nautiques sur son premier poursuivant… Dongfeng Race Team. Derrière, Dee Caffari et ses 9 femmes et hommes d’équipages tiennent la cadence et pointent en troisième position, devant les deux bateaux néerlandais, Brunel et AkzoNobel. En queue de peloton du groupe de tête, Vestas 11th Hour Racing est actuellement relayé à 17 milles des leaders, tandis que Sun Hung Kai/Scallywag accuse 50 milles de retard.
  9. Logeo80

    Vlm Ocean Race 2017-18

    Une étape stressante Difficile de ne pas regarder régulièrement ce qui se passe sur cette avant-dernière étape de la Volvo. Etape capitale pour les 3 premiers au classement général qui jouent la gagne pour la victoire finale. Après un départ sans vent, un passage du Fastnet très mou, la flotte est toujours regroupée et dans un mouchoir de poche. Dongfeng, l’équipe sino-française est bien sûr l’équipe que l’on supporte avec Charles Caudrelier comme skipper. Pour l’instant elle ne lâche rien et compose avec Team Brunel et Mapfre. Mais c’est dans quelques heures que les choses sérieuses devraient commencer avec le passage de la dorsale qui devrait amener rapidement la flotte au nord de l’Ecosse. Après un sérieux décallage qui les a éloigné des sublimes côtes Irlandaises, les sept équipages de la Volvo Ocean Race sont sur le point d’en finir avec le passage de cette dorsale aussi compliquée à négocier que capitale pour la suite des évènements. L’intégralité de la flotte avait mis le cap au Nord-Est depuis le passage de Bull Rock, à la pointe Sud-Est de l’Irlande hier. L’objectif ? Traverser une dorsale difficile à appréhender, avec des vents instables et légers ne dépassant pas les huit noeuds. Résultat ? Après l’avoir heurtée tôt ce matin, les premiers semblent à présent quasi sortis d’affaire, puisqu’ils affichent 10 noeuds sur leurs compteurs à 17h00 cet après-midi. Plus de deux jours après avoir quitté le Pays de Galles et quelques 450 milles nautiques parcourus, l’écart entre le premier et le dernier n’est que de sept milles nautiques…Avec ces écarts une nouvelle fois minimes, trois groupes se sont formés sur l’eau. Un premier comprenant MAPFRE et team AkzoNobel, plus au Nord, et positionné en haut du classement à 17h00. Un mille seulement sépare les deux équipages, qui affichaient des vitesses supérieures à 10 noeuds, et semblaient bel et bien tirés d’affaire. À quelques sept milles nautiques de là, décalé plus au Sud-Est, un deuxième groupe composé de Brunel, Dongfeng Race Team, Turn the Tide on Plastic et Vestas 11th Hour Racing navigue lui aussi à vue, à des vitesses similaires, dépassants maintenant les dix noeuds. Il y a quelques heures à peine, voici les conditions auxquelles faisait face l’équipage de Charles Caudrelier, ainsi que leur trois concurrents directs. Derrière, Sun Hung Kai/Scallywag n’est pas encore tiré d’affaire, mais a réussi à brillamment recoller au peloton de tête, après avoir accusé une centaine de milles de retard… après 16 heures de course. David Witt et ses huit équipiers se sont fait prendre au premier piège parmi les nombreux que compte cette dixième étape – la marée. Ils sont à présent troisième au classement général – qui est calculé en tenant compte de la distance à l’arrivée. En réalité, l’équipage défendant les couleurs de Hong Kong est à une trentaine de milles des deux leaders. Ils sont en plein milieu de cette dorsale, et devraient voir leur retard s’agrandir dans les heures qui viennent. En effet derrière cette dorsale, Éole sera de retour, et devrait d’ailleurs s’intensifier pour atteindre les vingts noeuds ce soir. Une brise de Sud-Est va emmener les équipages vers la pointe Nord de l’Écosse, avec un long bord de portant. Entre temps, le choix du timing pour empanner pourrait avoir un impact capital. « Ça a été très difficile depuis le départ, » confirmait le skipper espagnol Xabi Fernández. « Nous sommes un peu nerveux au passage de cette dorsale. On essaie de gagner le plus de distance vers l’Ouest… Mais je suis plutôt satisfait de notre position actuelle, plus au Nord, même si je reste nerveux pour être honnête. » « Trois ou quatre jours avant d’atteindre Göteborg et tout peut encore arriver, » ajoutait le numéro 1 Willy Altadil. Peut être que la Volvo Ocean Race va se jouer dans les 10 prochaines heures – lorsque le vent sera de retour, et que les changements de positions seront moins évidents Les prévisions annoncent des vents atteignants les 40 noeuds au passage de la pointe Nord de l’Écosse… et cela ne devrait pas s’arranger le long des côtes de la Norvège. Les premiers équipages sont attendus à Göteborg jeudi soir. Le classement de la Volvo Ocean Race au départ de Leg 10 : 1. Dongfeng Race Team – 60 points 2. MAPFRE – 59 points 3. Team Brunel – 57 points 4. team AkzoNobel – 48 points 5. Vestas 11th Hour Racing – 36 points 6. SHK / Scallywag – 29 points 7. Turn the Tide on Plastic – 26 points
  10. ROLEX GIRAGLIA : DIVERSITÉ ET PERFORMANCE AU RENDEZ-VOUS Pour sa 66ème édition, cette grande classique franco-italienne en Méditerranée affiche un nombre impressionnant de participants. Le ballet vélique qui anime le nord de la Méditerranée depuis 65 ans est immuable mais chaque année la flotte plus qu’hétéroclite de la Rolex Giraglia (nouveau nom de la Giraglia Rolex Cup) converge vers Saint-Tropez pour une compétition haletante et relevée. Pour sa 66ème édition cette grande classique franco-italienne affiche un nombre impressionnant de participants, 241 à ce jour. Un succès qui ne faiblit pas et qui prouve que marins professionnels et amateurs sont attirés par ce concept original : étape de liaison, régates côtières et course au large. Cette course attendue par beaucoup de marins est un rendez-vous unique où près de 250 monocoques de 9 à 35 mètres s’affrontent en trois étapes. La première se déroule entre Sanremo (Ita) et Saint-Tropez (course de liaison dont le départ a été donné le vendredi 8 juin à minuit) puis viennent ensuite trois journées de régates côtières au large des côtes varoises, du dimanche 10 au mardi 12 juin et enfin mercredi 13 juin le départ de la grande course au large entre la cité du Bailli de Suffren et le port de Gênes en passant par le rocher de la Giraglia au nord du Cap Corse. Un sprint nautique de 241 milles dont le record de l’épreuve est toujours la propriété du maxi de 30 mètres Esimit Europa2 avec un temps de référence établi en 2012 en 14 heures 56 minutes et 18 secondes, soit une vitesse moyenne sur l’eau de près de 18 nœuds. Des mètres à profusion Cette année la présence de 4 monocoques de plus de 30 mètres devrait offrir une course haletante pour la victoire en temps réelle. Les trois nouveaux Wally Cento (30,48 mètres), Magic Carpet Cubed de Sir Lindsay Owen Jones, Tango de Ole Hansen et Galateiade David Leuschen devront faire face au redoutable Leopard 3 de Jim Swartz. Face à ces géants, la redoutable classe des Maxi72 (21,94 mètres) représentée par Jethou, multiples vainqueurs des régates côtières, Lucky, Caol Ila R et Momo. Véritables luges flottantes, ces unités sont souvent aux avant-postes et devront batailler ferme face à d’autres monocoques dont le terrain de jeu se situe plus en Atlantique et autour du monde que sur ce type de course, les IMOCA. Présent à plusieurs reprises sur la Giraglia, Kito de Pavent a maintes fois prouvé que les 60 pieds étaient capables de faire jeu égal avec les Maxi 72. La présence des IMOCA cette année en Méditerranée est le moyen pour certains équipages de venir se mesurer à des voiliers qui ne sont que très rarement sur la même ligne de départ. SMA de Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet, récents vainqueurs des Monaco Globe Series devra faire montre de tout son talent pour espérer briller. Aux côtés de SMA, 4MYPLANET2 d’Alexia Barrier aura fort à faire mais ce mélange des styles est un bon moyen de comparer l’incomparable. Imaginez un circuit automobile avec sur le même anneau, des Formules 1, des WRC, des voitures de tourismes, des voitures de rallye raid, des limousines, … c’est ce que propose durant ces 3 jours à Saint-Tropez et lors de la grande course, la Rolex Giraglia. Un événement unique qui mérite le détour et dont la proximité des bateaux le long des quais de Saint-Tropez ajoute à la magie de ce moment. Une flotte internationale Mais la Giraglia ne serait pas ce qu’elle est sans ces milliers de marins anonymes qui participent à cette course mythique sur des unités plus petites. Avec 212 bateaux de moins de 20 mètres inscrits et plus de 80 de moins de 12 mètres, le cœur de la Rolex Giraglia se trouve là. Qu’ils viennent de France, d’Italie, de Turquie, d’Espagne, de Hong Kong ou d’ailleurs, se ne sont pas moins de 23 nationalités qui composent cette armada. Si ces bateaux sont pour le plus souvent modernes comme les Swan 42, 45, 48 et 50, deux participants devraient dénoter avec leur voilure ancienne. Tuiga et Mariska, deux vieilles dames de 109 et 110 ans vont prouver que l’ancienneté n’est pas un frein à la performance. Le programme Régates côtières : Du dimanche 10 au mardi 12 juin / Baie de Saint-Tropez Course au large : Mercredi 13 juin / Saint-Tropez > Rocher de la Giraglia > Gênes Remise des prix : Samedi 16 juin / Yacht Club Italiano à Gênes
  11. La Rolex Giraglia, c’est ce week-end à St Tropez! La 66e édition de la Rolex Giraglia se déroulera ce week-end du 8 au 16 juin. Saint-Tropez accueillera la flotte en provenance de Sanremo le 9 juin, mais aussi celle qui, pour la première fois, se sera élancée de Barcelone. Puis la baie servira de cadre à trois jours de régate côtières les 10, 11 et 12 juin. Elle sera enfin le point de départ de la course au large de 241 milles, qui existe depuis 1953 et qui mènera la flotte de Saint-Tropez à Gênes, en passant par le rocher de la Giraglia. Le record de la course au large appartient depuis 2012 au monocoque de 30 mètres Esimit Europa 2 qui a achevé le parcours en un tout petit moins de 15 heures. A contrario, le vainqueur de l’an dernier, le maxi-yacht de 72 pieds Momo, a eu besoin de 33 heures pour rallier le port italien. C’est dire si les conditions météo peuvent impacter les performances des équipages et solliciter tour à tour leurs nerfs ou leur énergie… Avec plus de 250 voiliers régulièrement engagés, la Rolex Giraglia est LA course de l’année, LE rendez-vous autour duquel se construit la saison de yachting. En 2016, le record de participation a été établi à 268 unités. Tenant du titre, Momo devrait très probablement défendre sa position face à une concurrence redoutable, incarnée notamment par les Maxi 72 : Cannonball, Caol Ila R – deuxième l’an dernier – Jethou et Lucky. Cette édition 2018 sera également marquée par le retour de Magic Carpet Cubed, le bijou de trente mètres signé Wally, propriété de Sir Lindsay Owen-Jones, vainqueur de la Rolex Giraglia en 2016 en temps réel et en temps compensé en 2015. Deux autres Wallycentos sont alignés dans ce combat des Dieux : Tango, né du crayon génial de Mark Mills Design et Galateia, signé par le non moins talentueux Reichel-Pugh, vainqueur du classement des Wally lors de la Maxi Rolex Yacht 2017. Un quatrième Wally achève de composer la flotte : Leopard 3, dont le dessin favorise la performance dans les conditions les plus dures, et qui pourrait avoir sa carte à jouer. PROGRAMME Régate de nuit : Vendredi 8 juin / Sanremo > Saint-Tropez Régates côtières : Du dimanche 10 au mardi 12 juin / Baie de Saint-Tropez Course au large : Mercredi 13 juin / Saint-Tropez > Rocher de la Giraglia > Gênes Remise des prix : Samedi 16 juin / Yacht Club Italiano à Gênes
  12. Logeo80

    Vlm Ocean Race 2017-18

    Black, Justine Mettraux et Fabien Delahaye pour chercher l’étape L’équipe Dongfeng Racing est à 3 jours de l’avant-dernière étape de la Volvo. Une étape capitale ou la moindre faute coûtera très cher. Black, Justine Mettraux et Fabien Delahaye seront à bord. Un petit plus de Figariste pour l’équipage pour cette étape presque côtière. « Tout le monde est capable de gagner l’étape bien sûr. La flotte est homogène et il va falloir aller chercher le point de bonus du vainqueur de manche qui permet de creuser l’écart au général. » Charles Caudrelier, skipper A la veille de l’In-Port Race à Cardiff et à trois jours du départ de l’étape 10 de la Volvo Ocean Race 2017-18, l’équipe chinoise skippée par le Français Charles Caudrelier mène le classement général de la course d’un point sur les Espagnols de MAPFRE et trois sur les Hollandais de Team Brunel. Cette dixième manche, disputée entre la capitale galloise et Göteborg, est l’avant-dernière à jouer avant le dénouement de la course dans deux semaines à La Haye. Il ne reste plus que 16 points à distribuer. Les organismes sont fatigués par huit mois de course autour du monde et trois teams se tiennent en trois points pour la victoire finale. Et bien que nous soyons quelques jours avant le solstice d’été, ce parcours de 1 300 milles emmène la flotte autour des Iles Britanniques jusqu’aux Shetland, avec une eau à dix degrés… « Nous devons rester devant nos deux camarades MAPFRE et Brunel mais contrôler deux bateaux n’est pas possible. Nous allons donc surtout nous concentrer sur notre stratégie. Il ne nous reste que huit jours de régate en tout jusqu’à la fin de la course après huit mois de compétition. Le premier de nous trois qui fera une erreur sortira de la compétition pour la victoire finale, » explique Charles Caudrelier depuis Cardiff. « Nous allons arrêter de calculer, nous concentrer sur ce que nous avons à faire pour aller chercher cette victoire d’étape qui se refuse à nous depuis le départ. » Dongfeng mène aussi depuis Itajai le classement du temps de course cumulé qui donne un point supplémentaire en fin de course, un atout qui pourrait peser lourd. Après les longues étapes océaniques, ce parcours relativement court jusqu’en Suède sera un tout autre exercice. Beaucoup de transitions météo, de forts courants, des effets de site, cette ascension vers le Nord de l’Europe va pousser encore à l’extrême les équipages. Les marins n’ont pas d’autre choix que de rester en mode régate côtière. A l’image d’une étape de Solitaire du Figaro, ils vont naviguer au contact, enchaîner les manœuvres et les changements de voiles, avec très peu de sommeil possible. « Cette étape est axée sur la capacité à aller vite quelques soient les conditions de navigation, » poursuit le skipper. « Tout le monde peut gagner l’étape bien sûr. La flotte est homogène et il va falloir aller chercher le point de bonus du vainqueur de manche qui permet de creuser l’écart au général. A ce stade, la ‘fraîcheur’ des marins fera la différence. Nous avons encore de l’énergie, je nous trouve plutôt en bonne forme et nous faisons un roulement avec trois marins remontés comme des piles. » Après avoir manqué les deux dernières étapes en raison d’une blessure au dos, le marin chinois Liu Xue – alias Black – est de retour et remplace de Chen Jinhao – Horace – qui poursuit son entraînement en Figaro à Lorient. « Black est maintenant de retour à 100% et prêt à donner le meilleur, » déclare Neil Maclean-Martin, responsable de la ‘Human Performance’ au sein du team qui a mené avec le marin un programme intensif de rétablissement, notamment dans sa clinique du sport à Chamonix. En plus de Black, Dongfeng retrouve également la navigatrice suisse Justine Mettraux qui prend le relais de Marie Riou sur cette étape. Justine a disputé la dernière Volvo Ocean Race avec l’équipage féminin du Team SCA et performe également en Figaro et en Class 40. Elle avait couru l’étape 4 avec Dongfeng entre Melbourne et Hong Kong en janvier dernier et connaît parfaitement la musique. Fabien Delahaye, responsable du département Analyse des Performances est aussi de retour à bord. Il remplace sur cette étape le Néo-zélandais Stu Bannatyne. Aux côtés du skipper Aymeric Chappellier, Fabien vient de se classer troisième de la Normandy Channel Race en Class 40 et attend avec impatience de reprendre la compétition à bord de Dongfeng. « Je pense que l’équipe a le même esprit qu’au début de la course. Pas à pas, nous nous appliquons à comprendre le bateau de plus en plus dans le détail. Nous apprenons chaque jour comment naviguer plus vite dans chaque condition météo et configuration de voilure. L’analyse théorique des performances de Dongfeng et de nos concurrents est une mine d’informations et, pour moi, passer à la pratique une nouvelle fois sur cette étape sera je l’espère un plus pour l’équipage à ce stade du jeu, surtout sur cette étape courte et hyper tactique, » déclare le Normand. CLASSEMENTS Classement général de la course après 9 étapes 1. Dongfeng Race Team ???????? C.Caudrelier, 60 points 2. MAPFRE ???????? X.Fernández, 59 points 3. Team Brunel ???????? B.Bekking, 57 points 4. Team AkzoNobel ???????? S.Tienpoint, 48 points 5. Vestas 11th Hour Racing ???????? C.Enright , 36 points 6. Sun Hung Kai/Scallywag ???????? D.Witt, 29 points – projection 7. Turn the Tide of Plastic ???????? D.Caffari, 26 points – projection A BORD DE DONGFENG Charles Caudrelier (FRA), skipper Pascal Bidégorry (FRA), navigateur Daryl Wislang (NZL), chef de quart Fabien Delahaye (FRA), régleur/barreur Carolijn Brouwer (NED), régleuse Justine Mettraux (FRA), régleuse Black ‘Liu Xue’ (CHN), équipier d’avant Kevin Escoffier (FRA), équipier d’avant Jack Bouttell (ENG/AUS), équipier d’avant Découvrez l’équipe
  13. Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet vainqueurs à Monaco Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet auront bien mené leur course tout au long du parcours de cette première épreuve des Monaco Globe Series. Ils sont arrivés largement en tête ce matin après 3 jours et 19h de course. En deuxième position, à 7 milles de l’arrivée, Fabrice Amedeo et Eric Peron sont à la bagarre avec Isabelle Joschke et Alain Gautier alors que le vent est tombé sur la flotte et promet une arrivée assez longue.
  14. back to back Eärendil skippered by Catherine Pourre of France and Pietro Luciani of Italy won leg two of the Atlantic Cup, a 360-nautical mile leg from New York to Portland. The win marks back to back offshore wins for the team, which puts them on top of the leaderboard heading into the third and final leg a crewed inshore series to be sailed this June 9th and 10th in Casco Bay, Maine. Leg 2 was a tale of two very different challenges, the first part was directly upwind and slow, the second part was a blast reach for Portland where Eärendil was consistently seeing boat speeds of 15+ knots. Pietro Luciani said of the first part of the leg to Nantucket, “We slammed a lot, but two or three times in a really bad way. We had strong wind and current against us on the side and the sea state was a little discombobulated. But, let me also say a word about Dragon, they did an amazing upwind job, we battled with them upwind and Dragon was first to the mark, so we did our job to stay close to them and then we knew the boat would be faster.” Of the leg overall, Catherine Pourre said, “It was a very long leg, just with the wind in the wrong direction. [On being in Portland] It feels good, it feels good, and that we need to make sure we have a good crew for the inshore series.”
  15. Départ des Monaco Globe Series Race Start Le départ de la Monaco Globe Series a été donné par S.A.S. le Prince Albert II dans un vent de 12 nœuds permettant aux 9 IMOCA de s’élancer pour la première épreuve des Vendée Glob Series. Au vent de la plupart des concurrents et préférant un départ au viseur, SMA mené par la paire Paul Meilhat et Gwénolé Gahinet, s’est positionné dans le groupe de tête suivi de très près par le 60 pieds monégasque Malizia II. Monin d’Isabelle Joschke et Alain Gautier a également sorti son épingle du jeu en abattant au moment du top départ, se plaçant sous le vent. Un choix judicieux lui permettant d’atteindre une belle vitesse et de prendre la tête de la course. Mais il faudra attendre encore un peu pour se déclarer sur les pronostics. Une chose est certaine : la suite s’annonce haletante puisque les concurrents s’attaquent désormais au segment du parcours le plus venté avec au programme de la nuit prochaine, une cellule orageuse annoncée sur la Corse et donc des rafales à gérer sous les grains. « Les conditions météorologiques annoncent de nombreuses manœuvres, ça va être sport » commente Pierre Casiraghi. A noter que la position des bateaux est relevée toutes les trente minutes et publiée sur la cartographie de la course : : http://bit.ly/2JdTu4i. C’est à 13h00 exactement que le départ de la première édition des Monaco Globe Series a été donné par S.A.S. le Prince Albert II depuis le M/Y Pacha III, élégant motor-yacht d’époque (1936) à bord duquel des membres de la famille princière étaient présents afin de soutenir Pierre Casiraghi en lice avec Boris Herrmann à bord de Malizia II. Du changement sur le parcours En contact permanent avec les concurrents, Guillaume Rottee, Directeur de Course, adaptera si nécessaire le tracé de près de 1.000 milles nautiques en fonction des conditions météorologiques. Actuellement, les navigateurs se dirigent vers les Bouches de Bonifacio par l’ouest de la Corse, zone qu’ils devraient atteindre à 5h00 dans la nuit de dimanche à lundi. Ils entameront par la suite la longue descente qui les mènera au Golfe de Mondello en Sicile avec un passage devant le Circolo della Vela Sicilia, challenger of record de la 36e America’s Cup et organisateur de la Palermo-Montecarlo. Les 18 navigateurs mettront par la suite le cap vers le sud-Sardaigne et non plus Mahon aux Baléares. Après une remontée vers Cagliari, ils rallieront la Principauté pour une arrivée prévue pour le moment vendredi 8 juin au matin ; la remise des prix étant programmée à 18h00. Bruits de ponton Peu avant le départ en mer, les skippers en ont profité pour peaufiner les derniers réglages mais aussi partager leurs attentes « j’ai vraiment hâte d’y être » a lancé Stéphane Le Diraison, à la barre de Boulogne Billancourt, « cela s’annonce bien. On connaît les points forts de chaque concurrent et la Méditerranée est un terrain de jeu qui laisse sa chance à chacun, la course est vraiment ouverte. » Si certains duos sont des machines bien huilées, ce n’est pas le cas de tous à l’image de Manuel Cousin associé à Alan Roura « on va se découvrir sur cette course mais on se connait pour avoir déjà navigué l’un contre l’autre. J’ai une totale confiance en notre potentiel. » Arrivée sur le circuit il y a peu, Joan Mulloy navigue ici aux côtés de Thomas Ruyant à bord Kilcullen Team Ireland. « Thomas est un excellent marin et je vais énormément apprendre à ses côtés et je suis super heureuse d’être sur la ligne de départ. » Liste des inscrits : Malizia-Yacht Club de Monaco – Pierre Casiraghi / Boris Herrmann SMA – Paul Meilhat / Gwénolé Gahinet Newrest Art & Fenêtres – Fabrice Amedeo / Eric Peron Bureau Vallée 2 – Louis Burton / Arthur Hubert Monin – Isabelle Joschke / Alain Gautier 4myplanet2 – Alexia Barrier / Pierre Quirogea Groupe Setin – Manuel Cousin / Alan Roura Kilcullen Team Ireland – Joan Mulloy / Thomas Ruyant Boulogne Billancourt – Stéphane Le Diraison / Stan Maslard
×

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.