Jump to content

Logeo80

Tavernaute
  • Content Count

    1,239
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Logeo80 last won the day on November 14

Logeo80 had the most liked content!

Community Reputation

11 Good

3 Followers

About Logeo80

  • Rank
    Cap Hornier
  • Birthday 06/05/1970

Contact Methods

  • Yahoo
    steffrance80@yahoo.com

Profile Information

  • Genre/Gender
    Masculin/Male
  • Position
    Accra Ghana / Presqu'ile de Rhuys

Recent Profile Visitors

1,289 profile views
  1. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race 21 min · UPDATE, #GGR2018 13/12/18 Jean Luc Van Den Heede is still pushing head winds while Mark Slats rockets north with tail winds rapidly closing the gap. In the next 24hrs he should be just 700 miles behind and putting more pressure on before his winds move to the north and slow him down as the high pressure center moves across. Istvan Kopar Solo Circumnavigator is rushing south as fast as he can to get below the storm forming to his northwest. At this stage the tactic seems to be working as the system moves as predicted so far but this could change. He Gybed across last night and he will run with the strong NW wind until the storm arrives in about 24 hrs. Once through that he will have to keep looking over his shoulder as more Southern Ocean heavy weather will be pushing him toward the Cape Horn. Tapio Lehtinen is happy in his world with the expectation of a slow trip to the east and Uku Randmaa Golden Globe Race 2018 continues to drive as fast as he dare to get around the corner while the weather is favorable. Игорь ЗарецкийIGOR is still happy as can be to be free of his Barnacle farm and wants to get going as soon as possible. Susie Goodall Racing will be off the ship tomorrow and word is that there may be quite a bit of media waiting for her on the dock along with her mother. To step foot on land for the first time in 165 days will be another quite strange sensation and our thoughts are with her. PARIS NAUTIC Boat show... All the GGR team are at the Nautic for a GGR Les Sables d'Olonne Agglomération PRESS EVENT starting at 1100hrs local time and JL VDH will call in. If you are around you are all welcome. we will be on the VENDEE Stand HALL 1 just beside the MAIN STAGE! see you there.
  2. Logeo80

    Joyeux Anniversaire !

    JOYEUX ANNIVERSAIRE @Les marmotteaux
  3. Logeo80

    Golden Globe Race

    Day 164 – Lead narrows between Mark Slats and Jean-Luc Van Den Heede Istvan Kopar faces major storm Susie Goodall arrives in Punta Arenas on Friday Mark Sinclair – ‘Capt Coconut ‘– retires in Adelaide Igor Zaretskiy reaches Albany to make repairs – now in the Chichester Class Uku Randmaa’s ETA at Horn – Wednesday 19th Dec Dateline 16:00 UTC 12.12. 2018 – Les Sables d’Olonne, France As French race leader Jean-Luc Van Den Heede works to protect his shrinking lead over 2nd placed Dutch rival Mark Slats, the focus is once more on a violent storm in the Southern Ocean that looks likely to overtake 4th placed American/Hungarian Istvan Kopar on Friday. Race HQ has given permission for Istvan to take evasive action and move south into the NO-GO Zone, just as Estonian Uku Randmaa did to avoid the same storm that left Susie Goodall dismasted and in need of rescue a week ago. Race Chairman, Don McIntyre says: “We have just advised Istvan to head south as fast as possible. We hope he can make at least 180 miles, which is the lower marker on the distance track. We then have to hope the forecast track of this storm will be correct. Going South has risks because it takes him closer to the centre of the storm and sudden wind shift zone? But if he gets south he may miss the worst of it. Yesterday we alerted Istvan to run East as fast as possible to try and outrun the worst of the weather, but since then the storm has intensified and changed direction. It is for Istvanto decide what to do . GGR can only offer advise and we are updating him every 12 hours.” Leaders draw closer Jean-Luc Van Den Heede tacked to within sight of Rio’s Copacabana Beach today and is now entering the zone of headwinds that is likely to slow his progress considerably. The 73-year old has climbed Matmut’s mast again to check that his repairs to the lower shroud tang fastenings remain secure and seems happy enough for now, but these head winds will concentrate his mind on protecting the rig on his Rustler 36 at all cost. This will invariably slow the Frenchman down. At 12:00 UTC today, Matmut’s lead over Mark Slats rival Rustler 36 Ohpen Maverick is down to 946 miles, a loss of 76 miles during the past 9 days. That’s not enough of an average to overtake the Frenchman, but Slats knows this could all change during the next two weeks. He is hand steering much of the time, including at night, driving the boat hard and surfing on the best waves, knowing he can make big gains on the leader. His boat is in good shape and he is feeling strong and excited at this new race to the finish. The finish back in Les Sables d’Olonne is still some 5,000 miles way, but for Mark every hour of the day is important! He knows that anything can happen, so he has to be careful himself, but is charged with excitement. Can he make up the difference? Susie Goodall Susie Goodall is due to be dropped off at Punta Arenas on Friday when her rescue ship, the MV Tian Fu picks up a pilot prior to navigating through the Magellan Strait. She will be greeted by her Mother. One to miss her rivalry is Istvan Kopar who had been 780 miles behind when her yacht DHL Starlight was pitch poled and dismasted 7 days ago. But Kopar has his hands full. Not only is he facing a similar storm, but is struggling with major steering issues on his Tradewind 35 Puffin and also running very short of water. Nor does he have a working radio to pick up weather reports so is reliant on Race HQ to advise him about approaching storms as a safety measure. For now, he sits 4th overall – an amazing achievement considering. And perhaps this storm will have a silver lining and bring him rain! Media enquiries regarding interviews with Susie Goodall are being handled by Lucy Cadel, Maverick Sport, Tel +44 207 378 6969 mob: +44 7725 256427 E.mail lucy@mavericksports.com Barnacles While Uku Randmaa’s barnacle ridden Rustler 36 One and All was making 5.7knots today, the Estonian has revised his ETA to round Cape Horn from Monday 17th December to the 19th, 5th placed Tapio Lehtinen missed the opportunity two days ago to finally scrape clear the barnacles slowing his Finnish flagged Gaia 36 Asteria. The weather was calm without wind, but just as he was about to dive overboard, two sharks arrived and circled the boat for the rest of the day. His only consolation came with the text message: 09 Dec 06:13 UTC: SHARKS EATING THE BARNACLES (I THINK) SO DIDN’T NEED TO SWIM Tapio has since reported a leak in the bow, which he is trying to fix, and though he now has the winds from the right direction for a change, he is still making slow progress across the South Pacific and must wait for the next calm to finish off what the sharks began. Australian Mark Sinclair whose Lello 34 Coconut has also been plagued by barnacle growth, reached his home port of Adelaide last week just as his water supplies ran dry. He has decided to retire from the Race. Speaking by phone, he says that barnacles had slowed his yacht considerably, and though a team of friends had rallied round to clean the hull and make other repairs to the boat, he was concerned that reaching Cape Horn in early March was a little late in the season. Click here to listen to Sinclair announcement on Facebook Barnacles also proved the downfall of Russia’s Igor Zaretskiy who put into Albany, Western Australia on Wednesday to clean the hull of his Endurance 35 Esmeralda and replace a broken forestay. He blames the barnacles on a simple error of judgement made two days before the start from Les Sables d’Olonne, when he slipped his boat to wash the bottom and did not take the opportunity to apply another coat of antifouling. Zaretskiy is now demoted to the Chichester Class for making a stop and hopes to set sail again on Monday. This leaves just 5 of the original 17 starters competing in the Golden Globe Race. GGR at the Paris Boat Show Race leader Jean-Luc Van den Heede is scheduled to make a satellite phone call to the Paris Nautic Boat Show at 10:30 UTC (11:30 French time) on Thursday 12th Dec during a media event on the Les Sables d’Olonne Agglomeration stand. All entrants will be presented and plans for the arrival of the first boats home late January and the grand prizegiving event on April 22nd will be announced. Position of skippers at 12:00 UTC 12.12.18 Jean- Luc VDH (FRA)Rustler 36 Matmut Mark Slats (NED)Rustler 36 Ohpen Maverick Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria Chichester Class Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 Esmeralda RETIRED Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Lazy Otter Kevin Farebrother (AUS) Tradewind 35 Sagarmatha Nabil Amra (PAL) Biscay 36 Liberty II Antoine Cousot (FRA) Biscay 36 Métier Intérim Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB Are Wiig (NOR) OE 32 Olleanna Gregor McGuckin (IRE) Biscay 36 Hanley Energy Endurance Abhilash Tomy (IND) Suhaili replica Thuriya Francesco Cappelletti (ITA) Endurance 35 007 Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland Susie Goodall (GBR) Rustler 36 DHL Starlight Mark Sinclair (Aus) Lello 34 Coconut The barnacle growth on Igor Zaretskiy’s yacht, was slowing her down by 2 knots. Mark Sinclair is philosophical about his withdrawn from the Race. “I’ve enjoyed every moment of it” He says Mark Slats hopes to close the gap on race leader Jean-Luc Van Den Heede over the next two weeks This weather overlay is for 0800 UTC 1 4.12.18 showing the predicted position of the storm and the point 180 miles south where Race HQ has advised Istvan Kopar to be in order to avoid the worst of the weather.
  4. Logeo80

    Golden Globe Race

    VAN DEN HEEDE. ODILE: « SON CHAVIRAGE, J’EN ÉTAIS MALADE « GGR 2018, VU DE LA TERRE 1/3 #Le Tour des Mers vu de la Terre# Odile, la compagne de Jean-Luc Van Den Heede, n'est pas d'un naturel inquiet... sauf lorsqu'elle apprend le chavirage de son homme au large du Cap Horn Comment les proches des navigateurs « tourdumondistes » vivent le danger et l’éloignement? A Nantes, Odile poursuit son quotidien. Au large du Chili, son homme, Jean-Luc Van Den Heede remonte l’Atlantique après un chavirage. Il est premier de la Golden Globe Race (GGR 2018). Le recordman du Tour du monde à l’envers (2004), Jean-Luc Van Den Heede, 73 ans, est seul à bord de Matmut, son voilier de 10,70m, un Rustler 36. Le principe de la Golden Globe Race: boucler le tour du monde en course à la voile, en solitaire, sans assistance et sans électronique de bord. Le portable sur la table de chevet Odile, la compagne de « VDH » depuis une trentaine d’années a déjà vécu son deuxième Vendée Globe(1993), un Boc Challenge, une Route du Rhum et quatre tentatives (la dernière étant celle de la victoire) de tour du monde à l’envers, « l’Everest du marin ». Elle vit à Nantes, travaille, gère son quotidien. « Ma première occupation en me levant le matin c’est de regarder si j’ai un sms ou une alerte de l’organisation de la course. Je scrute avec autant d’excitation pour voir combien de milles il conserve que de veille pour m’assurer qu’il n’ait pas de pépin. » « J’ai appris son chavirage en réunion » Lundi 5 novembre. VDH essuie une succession de tempêtes au large du Chili, dans l’océan Pacifique. « J’étais au bureau en réunion avec deux collègues. Tout allait très bien. Vers 14h30, mon téléphone sonne. S’inscrit un numéro inhabituel avec plein de chiffres. Une fraction de seconde je me dis qu’il s’agit de la radio australienne. » « J’aurais préféré ne pas t’appeler. » « Le temps de prendre le téléphone et je comprends qu’il a un problème. J’ai ressenti un haut le coeur, un gros stress immédiat. Sa voix m’a dit: « Salut », j’ai répondu: « Oh super! ». Il a tranché: « J’aurais préféré ne pas t’appeler. J’ai chaviré. Je préfère te le dire moi-même plutôt que tu ne l’apprennes par la bande. Le mât est endommagé, je remonte vers le Chili, je vais vendre le bateau et rentrer en avion ». Odile vit les départs de Jean-Luc Van Den Heede depuis une trentaine d’années / Photo B.Gergaud via Facebook « Je n’ai pas eu peur » Depuis quelques heures, connaissant son homme et la météo de la zone, elle sent le risque poindre. « Le matin j’avais entendu sa vacation radio. Il était très froid, je ne l’avais jamais entendu comme cela auparavant, répondant de manière binaire. Avec une grosse houle croisée, un fort vent, il sentait le chavirage arriver. Il avait tout prévu: attaché la boîte à outils, se couchait à la gîte et non pas à la contre-gîte. » Elle l’entend au bout du fil. Elle sait qu’il n’est pas blessé, qu’il n’y a pas de trou dans la coque. « Il n’y avait pas de danger, je n’ai donc pas été effrayée, mais malade! Malade pour le rêve qui s’écroulait… Puis, je suis revenue en réunion. Les collègues connaissent Jean-Luc et ont vu qu’il y avait un problème. » Black out total En lien avec Lionel Régnier, son coach, elle passe à l’action de l’organisation pour la réparation du bateau à Valparaiso. « Je lui ai fait dire par les radio amateurs qu’un appel téléphonique supplémentaire lui interdirait de revenir en course (même en classe Chichester, hors classement), c’est interdit par le règlement. Donc à partir de là, black out total. » Finalement, VDH décide de réparer son mât tout seul et de continuer. Il est toujours premier devant Mark Slats. Odile: « J’ai toujours vécu les départ dans la gaieté » / Photo B. Gergaud via Facebook l’euphorie puis la réalité Pour elle, « les départs sont toujours très excitants car on est entouré par les copains, la presse, les sponsors. J’ai toujours vécu les départ dans la gaieté, jamais dans la peur. » D’un naturel stoïque et serein, elle ne tombe pas dans le pathos. Cependant, elle concède l’émotion de l’ultime moment. « Au dernier regard, tu ressens un pincement au coeur, oui. Il n’y a plus d’excitation, plus d’euphorie. On est face à la réalité. De l’évoquer, j’en ai encore des frissons. Je revois encore son regard. Quand il nous a fait salut, il n’y a pas d’émotion dans son geste: il est déjà dans sa course et il aime être sur l’eau. Quand il a quitté le ponton, il m’a dit au revoir comme s’il partait faire les courses. » « J’ai eu la trouille ce soir-là » Son compagnon, si expérimenté soit-il, à l’autre bout de la planète sur un petit bateau avec un mât brinquebalant… La peur? « Elle vient après, au premier pépin de Jean-Luc ou d’un autre concurrent. Jean-Luc [tous ses proches l’affirment, NDLR] est tellement confiant que ça occulte le risque. Quand il part, je me dis qu’il n’y a pas plus de crainte à avoir que quand il prend la voiture. » D’autres concurrents ont décrit les conditions qu’ils affrontaient dans les mers du Sud. « J’ai eu plus peur quand Abilash a chaviré. Quand j’ai vu son bateau, je me suis rendu compte que cette course est différente des précédentes. Le bateau est beaucoup plus petit et Jean-Luc a 15 ans de plus que la dernière fois. J’ai eu plus peur moi dans mon canapé que lui, là-bas, alors qu’il gérait la situation. J’ai eu la trouille ce soir-là. » Les arrivées, les retrouvailles Quand VDH rentrera, aux environs de la fin janvier, il aura passé huit mois en mer. « A l’arrivée, tout le monde se l’arrache, comme il est affable, il répond à tout le monde. Je sais bien que dans ces moments-là, je suis un peu la dernière roue du carrosse! En général je reste assez à l’écart, je n’aime pas me mettre en avant. Lorsque l’on rentre à la maison, il redevient lui-même. » Le skipper aux 11 passages du Cap Horn et 5 tours du monde navigue sous-toilé pour ne pas trop utiliser son mât fragilisé. A Nantes, sa compagne commence à guetter le calendrier. « Le moment que j’ai hâte de vivre? L’arrivée, lorsque l’on est bord à bord sur l’eau… Avoir son premier sourire (après la ligne, sinon il restera concentré et ne nous verra pas!). » https://www.mer-ocean.com/van-den-heede-odile-son-chavirage-jen-etais-malade/?fbclid=IwAR27lQM6el6-nRO2bb4butdBLz_TjBaImHgFBIoL8hvswCYg7pO2b5D_x34
  5. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race 5 min · WOW! IGOR is a great sailor for sure...BUT!!! hard to go anywhere fast with a bottom like this!! AGGGH!!!! ESMERALDA will be OK soon with a racing bottom again....Barnacles everywhere... #GGR2018 answers a few questions
  6. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race FRENCH LANGUAGE UPDATE! JEAN LUC VDH a décidé de visiter la plage de Rio! et peut-être trouver des eaux plus calmes avec ses vents contraires frustrants. Il était à quelques milles du sable blanc et se dirige maintenant vers le large mais pas vers la ligne d'arrivée. Sa frustration va perdurer avec des progrès lents sur plusieurs jours. Il surveille son mât et chaque jour, Mark SLATS se rapproche un peu plus et pourrait gagner 150 milles dans les deux prochains jours. Il ne rapporte aucun problème pour le moment à bord de MATMUT. MARK SLATS pousse aussi fort qu'il le peut, mais il doit quand même finir et tout peut arriver lorsque la ligne d'arrivée est encore à plusieurs semaines de là. Il a mis de nouvelles voiles en réserve pour cette dernière étape et ne fait qu’un avec son bateau. La seule chose qui ne le passionne pas pour le moment, c’est la nourriture car tout a le même goût. JL VHD occupe son esprit, et la course est excitante pour lui! UKU RANDMAA poursuit sa propre course jusqu’au Cap Horn alors que la météo n’annonce aucune tempête. La porte est grande ouverte pour l’instant avec des conditions typiques de l'océan Austral. Le 19 décembre devrait être le moment clef pour lui. Il pense tous les jours à ses amis qui se sont retirés de la course et est heureux de naviguer à la troisième place provisoire. PIO LEHTINEN se déplace lentement en traînant ses bernacles, une frustration constante. Il garde le dessus quoiqu’il en soit. Il est toujours heureux de ne faire qu'un avec l'Océan et sait qu'il ne peut rien y faire, alors il avance ainsi. Le bateau est en bon état, tout comme la météo pour le moment, car l'Est s’approche facilement mais pas rapidement. MARK SINCLAIR a officiellement quitté la course aujourd'hui. Il a mis trop de temps pour atteindre le mi-parcours et il le sait. Sa prolifération de bernacles n’a pas aidé et il a manqué d’eau alors qu’il naviguait prudemment au nord du meilleur itinéraire pour éviter les tempêtes et dans le même temps échapper à la moindre pluie! Un accueil aussi chaleureux de la part de votre famille et de vos amis, contre la perspective de naviguer lentement vers le Cap Horn en fin de saison, amènent à une décision facile à prendre. Tout de la GGR lui manquera et il a aimé chaque minute passées, qui sait...peut-être la GGR 2022 ?? Nous espérons le voir à l'Agglomération des Sables d'Olonne le 22 avril pour la dernière grande fête! IGOR ZARETSKY a un gros travail devant lui aujourd'hui qui consiste à nettoyer les bernacles de sa coque. Il remplacera son étai endommagé par un autre étai plus large que celui qui a été brisé et espère ensuite repartir DIMANCHE en catégorie CHICHESTER jusqu’en France. Nous attendons avec impatience de voir les photos des bernacles. ISTVAN KOPAR a reçu une alerte météo suite à une tempête dangereuse approchant sa position d’ici deux jours. Nous espérons qu'il pourra parcourir au moins 180 milles, ce qui correspond au point le plus bas sur le tracker. Nous devons ensuite espérer que la trajectoire estimée de cette tempête sera correcte. Se diriger vers le sud comporte des risques car il se rapproche du centre du système et de la zone de vents instables? S'il se dirige vers le sud, il pourrait éviter le pire. Le système a bougé et s’est intensifié au cours des 18 dernières heures. Hier, nous avons conseillé à Istvan de se diriger vers l’Est aussi vite que possible pour le distancer, mais cela ne fonctionne plus car il a changé de direction. Ce sera à Istvan de décider quoi faire. La GGR ne peut qu'émettre des conseils. Nous le tenons informé des évolutions météos toutes les 12 heures. Croisez les doigts.
  7. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race STORM ALERT for Istvan Kopar Solo Circumnavigator It looks familiar! Another one! The position of Istvan's boat on this map is real time now. The weather overlay is for 0800UTC on the 14th in just over two days time. We have just advised Istvan to Immediately head south as fast as possible. We hope he can make at least 180 miles which is the lower marker on the distance track. We then have to hope the forecast track of this storm will be correct. Going South has risks as it moves closer to the center with the sudden wind shift zone? If he gets south he may Miss the worst of it. It changed and intensified in the last 18hrs. Yesterday we ALERTED Istvan to run East as fast as possible to outrun it but this now does not work as it has changed track. It will be up to Istvan to decide what to do . GGR can only offer advice . we update him every 12 hrs. Keep your fingers crossed. #GGR2018.
  8. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race a partagé une vidéo en direct. Mark Sinclair has decided to retire from the #GGR2018 after a great adventure...One of the unique aspects of the GGR is the diverse color and character of entrants and their ability to follow dreams as well as serious challenge. Good luck Capt'n Coconut and hope to see you again in Les Sables d'Olonne Agglomération on April 22nd for the final party! ...we will miss you.
  9. Logeo80

    Joyeux Anniversaire !

    JOYEUX ANNIVERSAIRE @frogeater
  10. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race 7 h · Latest #GGR UPDATE! ALL ENTRANTS... JEAN LUC VDH is entering the zone of headwinds slowing progress. It will hold for the next four or five days, maybe longer. He has been up the mast again just to check. He seems happy enough for now but is faced with many new decisions. One thing is certain he will protect his mast at all times. This will mean slowing even more losing ground to his rival who now sails with strong incentive. In the days ahead expect to see Jean Luc lose hundreds of miles from his lead. The next two weeks will e hard on the mast maybe? MARK SLATS is hand steering through the night surfing on the best waves driving hard knowing he can make big gains on the leader of the GGR in the next week. His boat is in good shape and he is feeling strong and excited at the new race to the finish. It is still thousands of miles away be for mark every day every hour is important.! Anything can happen to any GGR sailor so he has to be careful himself, but he is running on excitement! Can he do this? UKU RANDMA is planning to be at CAPE HORN on the 17th December and the weather for the next week suggests no sever storms for him. He is still thinking of SUSIE's loss and how it happened. He also thinks of ARE, GREGOR, ABHILASH and LOIC so it is clear he will be happy to make it to the Atlantic and the run north as soon as possible. he feels uneasy but happy. He is deep south and heading further down. The emotions that play 24hrs a day on entrants are sometimes forgotten to us who follow the tracker. It can be intense for sure. ISTVAN KOPAR struggles on with wobbly steering and lack of water. He sits too close to the NO GO zone, but the weather is good and he is happy about that. He has been here twice before sailing around the world and misses the idea of trying to catch SUSIE! UKU is too far ahead but this GGR is an adventure with an unknown outcome so for now he sits fourth in the ranking an amazing achievement. He will push as best he can to get home as quick as he can staying safe! He needs rain! TAPIO LEHTINEN missed a big chance two days ago to finally clear the barnacles off his hull. It was calm sea and no wind. He had been waiting for this for two days as the forecast said. But along came TWO sharks to play around his boat all day. Then came the wind again from the right direction so he sails off but still tooo slow. Life in every other dimension is good onboard. His time at sea is his dream come true. Now he looks for another calm to make life even better. MARK SINCLAIR is working on COCONUT and did NOT eat the huge Barnacles removed that probably slowed him by 1.5kts. he is also working on his mind. He is home to a warm reception. He is sleeping on a bed, eating fresh food, having long showers and laughing with friends. The temptation is great to stay? will he? or will he rush for Cape Horn. LIVELY LADY and Sir ALEC ROSE sailed around in March? has COCONUT got enough time and is he going to be a CHICHESTER sailor...watch this space? IGOR ZARETSKY struggles with barnacles and now light head winds on the final run to ALBANY in Western Australia. His team is waiting and many locals are ready to help. He will be happy to arrive after all this frustration. Our prediction is that the garden on his hull will be unbelievable. we all know he is a strong sailor and a good sailor. his pace is not through his lack of skill or enthusiasm. It is because of one simple mistake in Les Sables D'Olonne when they lifted their boat days before the start to wash the bottom and did NOT repaint! Now it is all about to be revealed! He arrives in a few hours.
  11. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race 58 min · Susie Goodall Racing having the ride of her LIFE on the hook of the TIAN FU and headed for that long awaited CUP OF TEA!! ...so good! thanks to all involved....a very professional effort. MRCC CHILE PIcture from crew of TIAN FU! ...#GGR2018 https://twitter.com/MRCCChile/status/1071072279965196288
  12. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race. Susie Goodall réconfortée par nos amis navigateurs C'est dans la matinée de vendredi que Susie Goodall devrait être sauvée par un cargo chilien. | CHRISTOPHE FAVREAU Dans quelques heures, vendredi soir si tout va bien, Susie Goodall, la mort dans l’âme, abandonnera au beau milieu du Pacifique son voilier désemparé pour être recueillie à bord d’un cargo chilien. Pire : avant de monter sur le cargo, la jeune navigatrice britannique devra saborder son bateau ! Geste marin, raisonnable mais tragique, que comprennent déjà nos amis Yves Le Cornec, Marc Guillemot, Jean Le Cam et Alain Gautier avant d’envoyer loin là-bas, pour Susie, toute leur compassion vraie. Yves Le Cornec Perdre son bateau, c’est déjà d’une tristesse immense, mais devoir le saborder, c’est pire. Si ce pire peut exister encore. La pauvre ! Ça m’est arrivé, de perdre un bateau, et je ne le souhaite à personne. C’était en 1980, au large de Terre-Neuve. J’avais chaviré avec l’ex-Olympus de Mike Birch. Je n’avais pas de balise de détresse, pas de trappe de visite pour revenir dans le bateau retourné, j’étais seul au monde, personne ne pouvait savoir que j’avais chaviré. Au bout de trois jours, presque par miracle, un avion de surveillance des pêches m’a repéré et j’ai été sauvé. Un miracle, franchement. Dans ces moments-là, quand on vient vous sauver, croyez-moi, on ne pense à rien d’autre qu’à sauver sa vie. Dans l’action, dans le mouvement, on s’accroche à son sauveur, on ne cherche pas à garder des objets. Pas même à regarder une dernière fois son bateau. Le contrecoup, c’est après. Et là, il est terrible ! Il dure. Longtemps. J’ai eu des coups de blues bizarres, longtemps après ; je savais que c’était pour ça. On n’y peut rien. Pourvu que Susie n’ait pas le temps de regarder son voilier couler, c’est tout ce que je lui souhaite. Voir ça, c’est trop dur. Qu’elle ferme les yeux ! Puis il y aura le contrecoup, à froid. Il faut qu’elle parte très vite sur de nouveaux projets. Il faut y croire, Susie ! Marc Guillemot Saborder son navire, ça doit être plus terrible que tout, pauvre Susie Goodall. Ça m’est déjà arrivé de devoir quitter mon voilier, mais devoir organiser en plus la fin de ce voilier, c’est l’horreur ou presque. C’est fou ! Surtout elle qui vient de passer cinq mois seule sur son bateau, sur des mers inhospitalières au possible, sans trop de communications. Et là, tout s’arrête, tout s’écroule, à l’autre bout du monde. Quand j’ai perdu ma quille, dans le Vendée Globe, ce n’était que deux heures après le départ, mais tout s’est écroulé. Alors là ! Plus le sabordage, soi-même. Des mots, pour parler de ça ? Terrible, dramatique, furieux ? Je ne les ai pas, les mots ! Mais Susie, même si c’est facile à dire quand on est bien au chaud, il faut qu’elle positive. Elle va pleurer, il faut qu’elle pleure. Un bon coup. Mais pas pleurer toute seule, tout l’hiver. Il lui faut vite un autre projet. Ces 150 jours qu’elle a passés en mer, seule, on ne les lui volera jamais. Elle a mis plein de choses dans sa tête. Maintenant, il faut rêver, Susie. Rêver d’autres projets. Encore rêver, Susie ! Jean Le Cam Ça m’est arrivé, j’ai perdu ma quille, une fois, au large du cap Horn. Une fortune de mer, mais il ne faut pas trop se prendre la tête avec ça. Il ne faut pas qu’elle se prenne trop la tête, le plus rapidement possible. Elle y arrivera parce ce qu’elle a fait, c’est déjà formidable. Donc c’est une femme forte. Les gens forts, ils arrivent à remonter sur le cheval, comme on dit. Mais il y a ce moment où on quitte le bateau, où on laisse tout, pour monter dans le gonflable ou grimper sur l’échelle de coupée. Quand j’avais chaviré, je n’ai même pas pu prendre mes papiers. J’avais juste ma combinaison et ma lampe frontale. Cette lampe, pourtant je ne suis pas fétichiste, je l’ai toujours. De temps en temps, je tombe dessus, je la tripote et puis je la repose. Je ne sais pas si je conseillerais à Susie d’emporter un objet, du coup. Mais ce que je sais, c’est qu’il ne faut pas qu’elle écoute les mauvaises personnes, ensuite. Il y en a toujours qui vous diront qu’on abandonne jamais son bateau en mer. Ceux-là, qu’elle les évite, absolument ! Et qu’elle se souvienne plutôt de son gros bout de tour du monde. Moi, je lui dis bravo ! Alain Gautier Ça ne m’est jamais arrivé, de devoir abandonner un bateau en mer, mais il paraît que c’est terrible. Alors devoir le saborder avant, alors là ! Sans être sexiste, il ne faut pas oublier non plus que c’est une femme. Une jeune femme. Et ce n’est pas dégrader une femme de parler de sa sensibilité, de la sensibilité des femmes. Mais bon ! Cette Susie Goodall a fait une très belle course, déjà. Et la roue tourne, la vie continue, va continuer pour elle. Les épreuves dégoûtent ou rendent plus fort selon le caractère de chacun. Cette femme, avec ce qu’elle a fait déjà, doit avoir un caractère fort. Donc ce qui lui arrive devrait la rendre plus forte encore. Cinq mois en mer, dans ces mers-là, toute seule, c’est fort ! Alors elle sera forte, je crois. Et je lui dis bravo, pour l’aider à rester forte, avec tout ça ! https://voilesetvoiliers.ouest-france.fr/course-au-large/golden-globe-race/golden-globe-race-susie-goodall-reconfortee-par-nos-amis-navigateurs-326850c6-f983-11e8-beec-13fe6e87fb57?fbclid=IwAR3fhymwEn54bkhDO7JyhBaGvUbtsew6jHVUqEz0uXbnB47MTEgGByyI9cI
  13. Logeo80

    Hong Kong - New York

    Peut être quelques % pour la booster mais la polaire actuelle - en plus des trous déjà évoqués maintes fois - est surement survitaminée. Benco est arrivée vers 12:00 UTC , six heures plus tard le premier Class40 réel sur la Transatlantic est a 400nm de l’arrivée ! Bref, faudra bien la tester un jour dans une course cette polaire
  14. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race 32 min · UPDATE...Susie is OK but it is tough out there..she still can't believe she is about to evacuate from her boat, but is now focused on preparations and the very real challenge of getting off the boat. She appreciates the risks and the efforts involved from so many. Here are the main points discussed from the call a short time ago..The SHIP will arrive in the middle of the night her time at 0500UTC 7th DEC. #GGR2018 She is not able to hold down any food or drink and feels quite weak. This is possibly sea sickness. She managed to get a few hours sleep last night She has set an anchor and rope off the stern as a sea anchor. She CANNOT RUN HER ENGINE YET! still trying.. Sea is currently 5mtrs with a 4 mtr cross sea making it very confusing. The Bilge fills every hour but is easily pumped and contained. She CANNOT rig her emergency RADAR REFLECTOR but has her SART ( Radar Transponder READY. She will rig one emergency NAVIGATION LIGHT tonight for arrival of TIAN FU. She had an operational VHF MARINE hand held radio with full batteries. She is prepared to launch the LIFE RAFT on long rope if needed for transfer. GGR has advised her to be prepared for two possibilities 1. Small boat transfer if conditions allow...2. the ship will be positioned beside her with a PILOT Ladder or Cargo net over the side. If so DHL STARLIGHT will be stationary in the water with a sea anchor holding head to wind. The ship may be in Ballast only which means a high sided ship to climb up. We discussed all preparation issues with both operations. A life raft transfer could be considered but all decisions will be made by the master of the ship at the scene.
  15. Logeo80

    Golden Globe Race

    Golden Globe Race. Susie Goodall devrait être sauvée vendredi matin Le cauchemard devrait prendre fin vendredi matin pour Susie Goodall. | CHRISTOPHE FAVREAU La concurrente anglaise de la Golden Globe Race, Susie Goodall, qui avait démâté mercredi au milieu du Pacifique, devrait être sauvée vendredi matin par un cargo chilien qui fait route depuis mercredi soir vers la zone ou cette navigatrice se trouve en perdition. Légèrement blessée à la suite de son chavirage ayant provoqué son démâtage, Susie Goodall a par avance accepté d’abandonner son voilier qui devrait être sabordé. « Susie sera a priori sauvée vendredi matin et elle est en bonne santé. C’est l’essentiel », a précisé jeudi Caroline Violot, responsable de la communication de cette course autour du monde en solitaire, sans escale, sans assistance et sans moyens de communication modernes. « Le président de la course, Don Mac Intyre, est en contact avec elle à peu près toutes les heures depuis son démâtage, mercredi matin. Susie va beaucoup mieux qu’hier. Elle a eu une vacation radio avec un centre de télémédecine ; ses blessures à la tête sont moins graves que ce que l’on craignait. Elle a pu se reposer dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle est OK .» Porter assistance Tout en restant en communication avec la navigatrice anglaise de 29 ans, Mc Intyre a participé depuis mercredi soir à l’organisation des secours. C’est finalement un cargo chilien qui s’est dérouté dès mercredi soir pour lui porter assistance. « Ce cargo, le Tian Fou , est un vraquier chilien de 190 mètres de long venant de Hong Kong, a précisé Caroline Violot. Il devrait être sur zone dès 6h00 vendredi, heure française, et les opérations de transbordement de Susie pourraient débuter rapidement puisque les prévisions météorologiques prévoient une accalmie avec un vent beaucoup moins fort que les 45 nœuds actuels, même si les creux seront encore de 4 mètres. » C’est ce vraquier, le Tian Fou, qui devrait sauver Susie Goodall. | Max Alonso / Marine Traffic.com « Le capitaine de ce cargo ne sait pas encore s’il fera mettre à l’eau une grosse annexe pour venir chercher Susie ou s’il s’approchera de son voilier en restant à son vent afin qu’elle grimpe directement à bord par une échelle de coupée. Si tout se passe bien leTian Fu , nom qui signifie « béni des Dieux » en chilien, ce qui est bon signe, devrait reprendre sa route normale, donc rejoindre comme prévu le port argentin de Madryn où il devrait accoster le 17 décembre. Dans ce cas avec sa passagère naufragée .» Sabordage « En ce qui concerne le voilier de Susie, il sera sans doute sabordé par la skippeuse avant qu’elle ne le quitte. Mc Intyre en a parlé ce matin avec elle et il n’y a à priori pas d’autre solution » , a dit encore Caroline Violot. «  Susie a prévenu Mac Intyre jeudi matin qu’elle acceptait de quitter son voilier et qu’elle s’y prépare. Cette décision finale de sabordage, une fois sa passagère sauvée, est la plus raisonnable et la seule qui respecte la réglementation maritime, celle-ci interdisant de laisser volontairement des épaves dans des zones de trafic maritime. Une récupération est improbable dans cette zone située à plus de 1 900 milles des côtes chiliennes, dans une zone naturellement tempétueuse. » Comme 18 autres concurrents, Susie Goodall avait quitté les Sables-d’Olonne le 1er juillet dernier à bond de son Ruslter36 DHL. | Christophe FAVREAU Long de 1O,50 mètres, le Rustler 36 DHL de Susie Goodall est le même que ceux de Jean-Luc Van Den Heede et de Mark Slats, les deux premiers concurrents de cette course qui viennent tous deux de franchir le cap Horn avant de s’engager dans une régate royale vers la ligne d’arrivée des Sables-d’Olonne. Premier à passer le Horn le 26 novembre dernier, VDH possédait mercredi une avance de près de 950 milles sur son dauphin néerlandais. Mais ce dernier dispose d’un voilier et d’un gréement fiable à 100 %, alors que le mât de VDH, endommagé début novembre au cours d’un chavirage, empêche désormais le skipper français d’exploiter son bateau à 100 %. https://voilesetvoiliers.ouest-france.fr/course-au-large/golden-globe-race/golden-globe-race-susie-goodall-devrait-etre-sauvee-vendredi-matin-7b335eb8-f947-11e8-beec-13fe6e87fb57?fbclid=IwAR2-I0kxVZ0RaD0MRSbyTa5PbaOk63p_umTitjIjcwU_AiLurdYOmSlvnco GOLDEN GLOBE RACE
×

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.