Jump to content
farangfrog

Record Tour du Monde à l'Envers 2017/2018

Recommended Posts

7102 srevne'l a ednoM ud ruoT 

Tour du monde à l'envers pour suivre Actual

Course à record

Bateau: C5g3
VAC: 5 minutes
Ouverture de la ligne : Samedi 4 novembre 2017 à 20h00 CET (19:00 GMT)

Share this post


Link to post

Bonsoir à tous. Dans le tableau des Waypoints, Les ice-gates sont définies comme des portes nords. Est-ce une erreur ?

Share this post


Link to post

Salut

 

qu'est qu'on fait avec l'abandon de Le Blevec? On continue à une dizaine ? Ou on attend un nouveau départ?

Share this post


Link to post

C'est une course permanente. A mon avis, un nouveau départ ne changerait rien. Le Blevec repartira dès que possible pour une nouvelle tentative.

Share this post


Link to post

Ben oui 

Continuer ou ne pas continuer telle est la question.

C'est plus sympa avec les réels.

Share this post


Link to post
Le 04/11/2017 à 16:11, farangfrog a dit :

7102 srevne'l a ednoM ud ruoT 

Tour du monde à l'envers pour suivre Actual [...]

et puis ICI

Share this post


Link to post

La situation instable de ces dernières semaines laisse cependant entrevoir une petite fenêtre pour demain vendredi 24 novembre après-midi.

 

NB : l’horaire de franchissement de ligne sera précisé demain matin sur les réseaux sociaux Team Actual

Share this post


Link to post

Ca se confirme. Il est décidé a partir demain.

 

Record / Demain, Yves Le Blevec s'élancera sur son Tour du Monde à l'envers : "L’important, c’est d’y aller"

 

Après un premier départ le 4 novembre avant de rentrer pour réparer, Yves Le Blevec est dans les starting blocks. La situation instable de ces dernières semaines laisse entrevoir une petite fenêtre pour demain, vendredi après-midi. Le skipper Actual a choisi de s’y engouffrer avant qu’elle ne se referme.

 

http://www.scanvoile.com/2017/11/record-yves-le-blevec-actual-tour-du-monde-depart.html#.Whbq41WgKpp

 

Share this post


Link to post

[Départ imminent] Yves Le Blevec quittera le ponton de la Trinité-sur-mer aujourd'hui à 13h30 !

Share this post


Link to post

Alors qu’il tentait le record du Tour du monde à l’envers en solitaire, en multicoque, l’Ultim Actual a chaviré au large du Cap Horn vers 4h du matin heure française. Yves Le Blevec va bien, il est en sécurité à l’intérieur de son bateau, l’organisation des secours est en cours.

 

 

Le skipper Actual avait doublé le cap dur à 1h 34min dans la nuit de mercredi à jeudi 14 décembre, dans des conditions météo difficiles : 30 à 50 nœuds, rafales à 70 juste avant le franchissement du Cap, une mer de 5 à 6 mètres de creux.

 

A 4h21, ce jeudi matin, Yves le Blevec déclenchait sa première balise de détresse. 40 minutes plus tard, il actionnait sa 2e balise, confirmant la gravité de la situation. Le CROSS a immédiatement alerté le MRCC Chilien, organisme en charge de la sécurité en mer pour cette zone.

Le team technique a pu joindre Yves : il n’est pas blessé, il est en sécurité à l’intérieur de son bateau en attendant les secours.

L’un des bras de liaison bâbord du trimaran a cassé, provoquant le chavirage de l’Ultim. Le vent de secteur ouest-nord-ouest soufflait à 30 – 40 nœuds au moment du chavirage, il y avait 5m de creux.

La situation est stabilisée, le bateau est à une trentaine de milles dans le sud-ouest du Cap Horn, il dérive un peu vers le sus-sud-est, une zone sans danger.

Share this post


Link to post

Yves le Blevec a été hélitreuillé en tout début d’après-midi par les gardes côtes chiliens. Déposé dans un premier temps à Puerto William (port chilien de l’île Navarino, situe dans le canal de Beagle) il a ensuite été pris en charge par les militaires pour être conduit à Punta Arenas.

Le Stella Australis, le bateau à passagers dépêché sur zone par le MRCC Chile, venait d’arriver à proximité du trimaran, prêt à intervenir si besoin.

 

Toute l’équipe Actual remercie vivement le CROSS Gris Nez, le MRCC du Chili et l’équipage du Stella Australis.

Share this post


Link to post
il y a une heure, Fripouille a dit :

Yves le Blevec a été hélitreuillé en tout début d’après-midi par les gardes côtes chiliens. Déposé dans un premier temps à Puerto William (port chilien de l’île Navarino, situe dans le canal de Beagle) il a ensuite été pris en charge par les militaires pour être conduit à Punta Arenas.

 

Le Stella Australis, le bateau à passagers dépêché sur zone par le MRCC Chile, venait d’arriver à proximité du trimaran, prêt à intervenir si besoin.

 

 

 

Toute l’équipe Actual remercie vivement le CROSS Gris Nez, le MRCC du Chili et l’équipage du Stella Australis.

 

 

armadadechile5.jpg

Share this post


Link to post

Yves le Blevec a été hélitreuillé en début d’après-midi par les garde-côtes chiliens. Le Stella Australis, bateau à passagers dépêché sur zone par le MRCC Chile, venait d’arriver à proximité du trimaran, prêt à intervenir si besoin.

La nuit dernière, lors de sa tentative de tour de monde, Yves avait doublé le Cap Horn d’est en ouest depuis plus de deux heures, lorsque l’un des bras de liaison de son trimaran a cassé. Le skipper Actual naviguait pourtant peu-toilé, dans des conditions qu’il maîtrisait. Après la vive émotion de la nuit dernière, c’est une profonde déception partagée qui pointe pour Yves, son équipe et l’ensemble des collaborateurs du Groupe Actual, d’autant que le skipper trinitain réalisait un superbe début de parcours, maîtrisé et infiniment courageux.

Le Skipper Actual, hélitreuillé par les gardes côtes chiliens en début d’après-midi, a d’abord été déposé à Puerto William (port chilien de l’île Navarino, situe dans le canal de Beagle). Il a ensuite été pris en charge par les militaires Chiliens pour aller jusqu’à Punta Arenas (située dans le détroit de Magellan).

Un peu plus de 12 heures après son chavirage, au large du Cap Horn, le skipper Trinitain est donc de retour sur la terre ferme, choqué mais sauf.

Toute l’équipe Actual remercie chaleureusement le CROSS Gris Nez, le MRCC du Chili et l’équipage du Stella Australis, dérouté pour secourir Yves le Blevec, pour leur réactivité et leur efficacité.

Après les émotions des premières heures et le sauvetage d’Yves, l’heure est bien sûr aussi à la recherche d’explications, car rien ne laissait craindre de tels événements hier soir, lorsqu’Yves a doublé le cap dur. Il maîtrisait la situation, naviguait peu-toilé (3 ris, tourmentin) dans les conditions météo qui avaient été estimées par son routeur, Christian Dumard, à savoir 30 nœuds de vent, des rafales, et 5 à 6 mètres de creux.

Maintenant qu’Yves est en sécurité à terre, l’équipe technique va s’atteler à la question du sauvetage du trimaran.

La réaction de Samuel TUAL, Président du Groupe Actual  : « C’est une grande déception à la dimension de la taille du défi que nous avons essayé de réaliser avec Yves. Je suis forcément triste pour Yves et les collaborateurs du Groupe Actual qui étaient tous mobilisés derrière lui. Nous savions que cela allait être difficile mais je salue l’audace et le courage d’Yves d’avoir essayé. Cette épreuve n’enlève rien à notre détermination à relever des défis. Nous continuons d’apprendre et de grandir, et nous gardons le cap ».

yves-768x576.jpg

Share this post


Link to post

actually cursed?

© © Armada de Chile

Clean Report

Shortly after rounding Cape Horn is his wrong-way circumnavigation attempt in the Nigel Irens-designed Ultim Actual (née Sodebo), Yves Le Blevec’s big trimaran found itself in 50-70 knots of Southern Ocean breeze and 5-7 metre waves, and something had to give.  It turns out that the big boat had the same weakness her sistership did; the beams couldn’t take the punishment, and when one of them broke, the trimaran capsized.

Fortunately the Chilean Navy and the research/cruise ship Stella Australis were around to help, and as you can see from the picture to the left, Le Blevec is safe and sound.  We’ll have more below, but this is a good time to point out just how cursed these Irens 100s seem to be.  Despite a narrow, conservative design specifically tailored for solo sailing, all three sisterships have now behaved very, very badly, with one death to count between them and a couple more that could easily have gone that way. Let’s look at each of them:

  • Gavignet’s Oman Air Majan was built off the molds for IDEC 2 and Sodebo to become the progenitor of the Arabian 100 one-design trimaran fleet.  After snapping a beam, Gavignet was plucked off the bent deck by a commercial ship and dropped off in Europe.
  • Francis Joyon’s RTW-record crushing Irens 100 IDEC 2 went on to Chinese ownership as China Qingdao under management of Volvo Ocean Race vet (Green Dragon) and record-breaking Chinese solo sailor Guo Chuan.  Chuan disappeared halfway into his Pacific solo record attempt last year, and the empty yacht was recovered a few months later.
  • Now Le Blevec is sitting in Punta Arenas while his shore team work on salvage.

Maybe it is better to just let these cursed boats die?

More info in the thread here, and official news from the Actual record attempt site.

The whole News team warmly thanks the CROSS Gris Nez, the MRCC of Chile and the crew of the Stella Australis, baffled to rescue Yves le Blevec, for their responsiveness and efficiency.

After the emotions of the first hours and the rescue of Yves, the time is of course also looking for explanations, because nothing was left to fear such events last night, when Yves doubled the hard way. He mastered the situation, sailing lightly (3 reefs, tormentin) in the weather conditions that had been estimated by his router, Christian Dumard, namely 30 knots of wind, gusts, and 5 to 6 meters of hollow.

Now that Yves is safe on the ground, the technical team is going to tackle the issue of trimaran salvage.

Given the incredibly bad luck that both of the big Irens trimarans have had

Share this post


Link to post

Yves Le Blevec : « j’ai vu la dégradation structurelle du bateau »

Par
 Redacteur
 -
15 décembre 2017
armadadechile3-696x392.jpgNous s avons pu joindre Yves Le Blevec ce jour, 24h après son chavirage. Il se trouve à Punta Arenas au Chili dans un hôtel et cherche des solutions pour récupérer son trimaran.

«  A partir du moment où j’ai été exfiltré de mon bateau par une équipe assez brillante de sauveteurs chiliens, je ne maitrisais plus grand-chose. L’hélicoptère m’a conduit à Puerto Willian et à partir de là j’ai eu un rapide check médical et juste après j’ai pris un avion vers Punta Arenas, la ville importante du sud du Chili. C’est là où on a pris les photos avec les forces armées et le consul de France. J’ai fait les procédures pour entrer au Chili où j’avais mon passeport sur moi. J’ai un visa pour 90 jours. Actuellement. Je dois m’organiser matériellement pour m’acheter des vêtements.
Concernant le bateau, on a une balise pour suivre le bateau tous les ¼ d’heure. On a 1 an d’autonomie de batterie. Il dérive actuellement vers le nord-est en passant très au large des iles des Etats. La question est de voir quels sont les moyens que l’on peut mettre en œuvre pour le récupérer. Ce qui est loin d’être simple parce qu’il y a peu de moyens et qu’il y en a encore moins avec la pleine saison touristique et également les conditions météos qui sont vraiment difficiles. On n’a pas encore de solutions pour l’instant pour atteindre le bateau, puis ensuite mettre en place le remorquage. La situation est compliquée.
yvesleblevec-3.jpg

Ce qui m’est arrivé, c’est très simple, je naviguai depuis le début sur un rythme assez prudent. J’étais à 100% du potentiel du bateau quand les conditions de mer étaient bonnes et faciles et je levais le pied, ralentissais quand c’était difficile pour le marin ou le bateau. Je savais que ce n’était pas une course de vitesse mais une course dans la durée. On savait qu’après le Cap Horn, avec des vents de secteurs ouest, il y a une accélération mécanique avec la Cordilière des Andes sur une bande vent assez forte sur 100 miles où c’est compliqué pendant 5-6h. C’était prévisible et je m’étais préparé à cela avec une combinaison de voilure adaptée. J’étais avec 3 ris dans la GV avec un J4 spécialement conçu pour cela, un tourmentin, une voile toute petite qui fait 20m2 au lieu d’un J3 de 50m2, qui permet de ne pas surtoiler le bateau dans ces conditions. Toujours est-il qu’il y avait de la mer, du vent et je suis incapable d’expliquer pourquoi cela est arrivé. En naviguant entre 12 et 15 nds au près, je m’assurais d’avoir une stabilité sur le bateau, de ne pas aller au-delà de 15 nds et de ne pas descendre en-dessous des 12nds parceque le pilote avait vraiment du mal à maintenir une direction stable du bateau. La mer était assez forte et l’idée n’était pas d’aller vite mais forcément au près, les coques tapaient, j’avançais en essayant d’avoir une vitesse adaptée à la force du vent et à l’état de la mer.

Lecteur vidéo
 
 
00:00
 
02:46
 

Les vagues étaient assez longues, mais c’était presque de la mer à plusieurs étages pas très bien organisés, grosses et pas très régulières. Il y avait parfois une combinaison de vagues qui faisaient de jolis tremplins même si j’essayai de contrôler la vitesse.

J’avais confiance dans le bateau qui était adapté à ce défi. Je suis assez surpris de la casse radicale qu’il y a eu et je n’imaginais pas ce genre de choses. Dans un passage de mer où il faisait nuit, sous pilote où j’essayai de maintenir un équilibre entre la vitesse et le cap, il y a un moment donné où le bateau est retombé sur une vague avec un grand crac, un crac plus violent que les autres. Ce qui m’a interpellé c’est que cela a éteint l’ordi qui a sauté de sa base et coupé son alimentation. Ce qu’il m’a fait le plus peur c’est d’avoir un coupure électrique totale. La première chose que j’ai faite c’est de vérifier que l’électronique était encore en marche et que le pilote avait encore la main. Ce qui était le cas. Cela m’a pris quelques secondes, de voir l’ordi redémarré. Mais dès que le bateau a commencé à réaccéléré, j’ai entendu d’autres bruits et d’autres craquements et j’ai senti le bateau gîté de façon anormale. J’ai compris qu’il se passait quelque chose de beaucoup plus grave qu’un simple plantage d’ordi.

La veille de l’arrivée, j’avais eu une belle journée où j’avais passé plusieurs heures sur le pont pour checker le bateau. Au niveau structurel, j’ai passé tout en revue visuellement, le pont, tout ce qui pourrait générer un suraccident. Je n’ai rien détecté de problématique. J’avais une checklist que j’ai passé intégralement en revue.

Par rapport à un « simple » chavirage où le bateau est retourné, tout ce qui se dégrade c’est le grééement courant dormant mais la structure du bateau peut ne pas se dégrader. Là, j’ai dû passer une douzaine d’heures à l’intérieur du bateau entre le moment où il a chaviré et le moment où j’ai été évacué et j’ai pu constater la dégradation structurelle sérieuse du bateau et il n’y a pas de raisons que cela s’arrange. Je ne suis pas très optimiste quant à la possibilité de remettre le bateau en état par la suite. Mais à la limite, ce n’est pas la question que je me pose. Il n’est pas question de laisser un bout de plastique derrière moi. On regarde des solutions pour aller chercher l’épave ; l’analyse de ce que l’on pourra faire, on la fera après à tête reposée. Pour l’instant, il faut faire les choses dans l’ordre. Ma priorité, celle de l’équipe et celle d’Actual c’est de récupérer le bateau. »

Share this post


Link to post

Oyé oyé, je cherche un boatsit de dernière minute. J ai oublié mon pc et je suis parti en vacances. De des que possible à vendredi 27 au soir. ( Autre pixel sur la VOR ) Merci d avance aux volontaires. 😉

Share this post


Link to post
11 minutes ago, cavisk said:

Oyé oyé, je cherche un boatsit de dernière minute. J ai oublié mon pc et je suis parti en vacances. De des que possible à vendredi 27 au soir. ( Autre pixel sur la VOR ) Merci d avance aux volontaires. 😉

je suis dispo

Share this post


Link to post
il y a 1 minute, droopyNJ a dit :

je suis dispo

Merci je suis preneur. Je te donne l accès de suite. 😉

Share this post


Link to post
Le 21/12/2017 à 16:22, droopyNJ a dit :

je suis dispo

Salut DroopyNJ. Je suis de retour, je reprends le bout et la souris. Merci pour le boatsit. 🤗

Share this post


Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.