Jump to content
droopyNJ

Douarnenez - Gijon - Douarnenez

Recommended Posts

Bateau: Figaro
VAC: 5 minutes
Etape 1: Douarnenez - Gijon
20190804.png
Duree estimee: 3-4 jours
Depart: Dimanche 04 Aout 2019 a 13h00 CET (11h00 GMT)

Etape 2: Gijon - Douarnenez
20190811png
Duree estimee: 4-5 jours
Depart: Dimanche 11 Aout 2019 a 16h00 CET (14h00 GMT) Samedi 10 Aout 2019 a 13h00 CET (11h00 GMT)

Site officiel default_cop_download1.gif et pour suivre les vrais default_vrai.gif

Share this post


Link to post

on en bouffe du Fastnet. je retenterais donc ma chance autour de ce phare maudit pour moi jusqu'à que j'arrive à y faire quelque chose !

Share this post


Link to post

Douarnenez – Gijón. Départ dimanche en Figaro 3 pour les 16 solitaires

Le départ de Douarnenez, dimanche, devrait de nouveau provoquer des grosses bourres en Figaro 3.

Le départ de Douarnenez, dimanche, devrait de nouveau provoquer des grosses bourres en Figaro 3. | CHRISTOPHE BRESCHI

 

Les 16 solitaires de la Douarnenez Courses Solo Gijón quitteront dimanche 4 août à 13 heures le Sud de la Bretagne pour Gijón (Espagne). Le départ de l’étape retour, avec un contournement du Fastnet, sera donné le 11 août.

 

 

Avant même le départ de cette course de Douarnenez, ses organisateurs avaient été confrontés mardi dernier au passage de la tempête Wolfgang qui avait empêché une partie des concurrents de rallier la zone de départ dans les délais. Une rallonge dans le timing imposé avait donc été octroyée aux retardataires.

“Avec des vents annoncés jusqu’à 40 nœuds, il était hors de question de faire prendre des risques aux marins et aux bateaux en les obligeant à rallier Douarnenez dans les temps » avait ainsi précisé lundi François Séruzier, le directeur de Course.

Coefficient 4

La date du départ, quant à elle, n’a pas été décalée : les 16 coureurs s’élanceront toujours le dimanche 4 août à 13h.

La Douarnenez Courses Solo Gijón est la deuxième course en Figaro 3 la plus importante après la Solitaire Urgo le Figaro en termes de points pour le classement du championnat de France Élite de Course au Large puisqu’elle est dotée d’un coefficient 4 ( 6 pour la Solitaire du Figaro).

MjAxOTA4ZjhiMjE1MzRmZWY2MjQxM2U5MGViNDkyY2VlNWJkNGQ?width=940&height=0&focuspoint=50%2C50&cropresize=1&client_id=cmsfront&sign=b92f4f78a143713a78ce6d12f17d17a001329a2469080534a1a76f4dc5d881fb

Les deux skippers du team Macif, Pierre Quiroga et Martin Le Pape, mettront aussi le cap sur les Asturies. | DR / TEAM MACIF

 

Initialement prévu entre Douarnenez et les Açores, le parcours a été modifié et raccourci à la demande des coureurs qui hésitaient à se risquer jusqu’aux Açores sur de nouveaux Figaro 3 pas encore tout à fait fiabilisés.

 

 

ETA à Gijón le 7 août

 

Le parcours garde cependant le même esprit : un grand terrain de jeu et peu de marques de parcours, à l’exception du Fastnet pour l’étape retour, afin de favoriser au maximum les options stratégiques. De la baie de Douarnenez aux falaises des Asturies via la pointe Sud-Est irlandaise, la course se divisera en deux étapes de 750 milles ; l’ETA de la première étape étant le 7 août à Gijón et celle de Douarnenez, au final, le 15 août.

En raison du coefficient 4 attribué à cette course, les favoris pour le Championnat de France Élite de course au large n’auront pas le droit à l’erreur s’ils veulent finir sur le podium.

MjAxOTA4ZDk2YmNlOTZiMzRmYTJmMDIzY2I0NGY0YzBhNmY0NmY?width=940&height=0&focuspoint=50%2C50&cropresize=1&client_id=cmsfront&sign=f2131e0bc59558c590da70895ca9beb8f41df186100ccb0fc6245798d469c452

Dernier vainqueur de la Mini-Transat, Erwan Le Draoulec fait partie des outsiders pour un podium. | CHRISTOPHE BRESCHI

 

 

C’est en particulier le cas de Benjamin Schwartz sur Action contre la faim, qui pourrait, dès sa première année sur le circuit Figaro, devenir champion de France. Mais la concurrence sera rude, à commencer par les deux bateaux Macifrespectivement skippés par Pierre Quiroga et Martin Le Pape. Il y aura aussi Tom Laperche et Loïs Berrehar, du team Bretagne CMB, Justine Mettraux de TeamWork, Alan Roberts de Seacat Services et Tanguy le Turquais sur Quéguiner-Kayak, tous plus motivés les uns que les autres. Sans compter Pierre Leboucher, issu de la filière olympique, sur Guyot Environnement, pourrait donner du fil à retordre à tous ces favoris.

 

Sans oublier les outsiders tels le dernier vainqueur de la Mini-Transat, Erwan Le Draoulec, sur Emile Henry, qui a été retardé dans sa préparation à cause d’un pépin physique. Ce sera pour lui l’opportunité de faire plus amples connaissances avec son Figaro 3, quand pour d’autres cette grande boucle sera surtout l’occasion de se familiariser avec le grand large tels que Gaston Morvan sur Ocean Attitude-Halte au Cancer, le vidéaste Stan Thuret sur Everial, Cassandre Blandin et Matthieu Damerval, membres du duo-mixte de l’écurie Klaxoon coachée par Marc Guillemot.

MjAxOTA4MjQxYzI2MzM5NjVjYmY2YzdmNGMzYTgxMmVmNDkwMjY?width=940&height=0&focuspoint=50%2C50&cropresize=1&client_id=cmsfront&sign=29bd2e1594eaf7bc53031a8d0d52a1f5dd4f150c245145ce6f46158a7461be5a

Cassandre Blandin, du team Klaxoon de Marc Guillemot, rêve d’accrocher un podium sur le circuit Figaro 3. | CHRISTOPHE BRESCHI

 

 

Cécile Laguette enfin, sur Eclisse, sera plus que jamais décidée à accrocher des podiums après un début de saison en demi-teinte.

 

Alors qu’initialement l’étape aller prévoyait un contournement du Fastnet, François Séruzier précise finalement que :

 

« Les solitaires pourraient se retrouver en route de collision avec les quelque trois cents équipages partis pour la légendaire Fastnet Race. Faire virer la même marque à partir de routes différentes à une flotte en équipage hétérogène et à des navigateurs solitaires en course, c’est aller au-devant de risques qui ne sont pas forcément nécessaires. En revanche, virer le Fastnet lors de l’étape retour de Gijón à Douarnenez, reste évidemment d’actualité. »

 

Il ajoute qu’ « un parcours alternatif sera proposé aux coureurs lors d’un prochain briefing en fonction des conditions météo prévues ».

 

https://voilesetvoiliers.ouest-france.fr/course-au-large/circuit-figaro/douarnenez-gijon-depart-dimanche-en-figaro-3-pour-les-16-solitaires-d699c388-b395-11e9-9697-1f9ea41311ea

Share this post


Link to post

VERS GIJÓN AU PORTE À PORTE - Le 2 août 2019 - 17:22

vma_2682.jpg?itok=HyOJs5Cj

 

Grand beau temps, belle mer, petite brise de 10 à 12 nœuds de vent, la baie de Douarnenez avait dévoilé tous ses charmes pour la parade que les skippers de la Douarnenez Courses Solo Gijón avaient décidé d’offrir au public. Une balade appréciée des membres du centre nautique de Tréboul, invités pour l’occasion, avant que les skippers ne se plongent dans l’analyse de la première étape.

 

 

Un coup pour rire, pour dévoiler les atours du nouveau Figaro Bénéteau 3, pour inviter à bord les amis, les préparateurs, les invités de l’organisation et les jeunes de l’école de voile. Au vu des conditions idéales qui régnaient sur le plan d’eau, tous ont pu profiter pleinement de cette petite escapade avant de mettre le cap sur l’Espagne dimanche.

Mais au-delà du caractère bucolique de la promenade, cette sortie en baie a permis à la direction de course de valider le bon fonctionnement des balises de positionnement, de même que les AIS de chaque bateau.

 

350 milles en guise de hors d’œuvre

L’option Fastnet pour cette première étape a rapidement été rangée dans les placards. Avec plus de 400 bateaux engagés dans la Rolex Fastnet Race qui pouvaient enrouler le célèbre caillou à la pointe sud-ouest de l’Irlande en même temps que les Figaristes, les abords du phare risquaient d’être passablement encombrés. C’est donc la prudence qui a prévalu.

Au départ de Douarnenez, la flotte des solitaires, après avoir viré la tourelle de La Plate dans le raz de Sein, piquera au sud-ouest vers une porte fictive située par 45°00’N et 8°00’W, soit environ 80 milles dans le nord du cap Ortegal. Cap ensuite au sud-est vers une deuxième porte, à 30 milles dans le nord-ouest du port de Gijón. « On préfère jouer la sécurité » commente Jean-Jacques Quéré, le consultant météo de la course. « Le risque est bien réel que le vent soit totalement absent le long des côtes cantabriques. Mettre une porte bien décalée au large, c’est s’offrir une garantie supplémentaire d’avoir un classement. »

 

Championnat de France, un podium en jeu

Cette première étape permettra d’établir une première hiérarchie, même si rien ne sera joué au vu de la deuxième étape qui devrait amener la flotte à virer enfin le phare du Fastnet avant de redescendre sur Douarnenez. Car l’enjeu est d’importance. Affectée du coefficient 4 au Championnat de France de Course au Large, l’épreuve peut apporter quelques bouleversements. Au classement provisoire, Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) dispose d’une avance confortable sur Xavier Macaire (Groupe SNEF). Compte-tenu de l’absence du leader provisoire au classement général du championnat, Yoann Richomme, Benjamin pourrait devenir le premier bizuth en position de remporter le titre de champion. Ce sera en revanche très serré entre Martin Le Pape (Skipper Macif 2017), Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) et Pierre Le Boucher (Guyot Environnement) qui ne sont séparés les uns des autres que par un petit point. Pour les autres, le plaisir de faire une jolie performance pour la deuxième course la plus importante de la saison suffira…

Share this post


Link to post
Il y a 1 heure, droopyNJ a dit :

Etape retour en ligne

Chris ... a ton avis ... combien de temps pour la faire ?? + ou - de 3 jours ?  

Share this post


Link to post
12 minutes ago, Logeo80 said:

combien de temps pour la faire ?? + ou - de 3 jours ?  

plutot aux allentours de 5 jours je pense

Share this post


Link to post
il y a 34 minutes, droopyNJ a dit :

plutot aux allentours de 5 jours je pense

OK merci :mousq: 

Je ne pourrai malheureusement pas faire le retour alors :( 

Edited by Logeo80

Share this post


Link to post
2 hours ago, droopyNJ said:

plutot aux allentours de 5 jours je pense

Allez, peut-etre 4 jours seulement

Share this post


Link to post

Douarnenez – Gijón. Vainqueur de la première étape, Xavier Macaire raconte sa course

750 milles à 5,187 nÅuds de moyenne : câest signé Xavier Macaire !

750 milles à 5,187 nœuds de moyenne : c’est signé Xavier Macaire ! | FRANÇOIS VAN MALLEGHEM

 

Xavier Macaire a remporté mercredi en Espagne la première étape de la Douarnenez – Gijón. Le skipper de Groupe SNEF précède de 54 minutes Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) et de 66 minutes Benjamin Schwartz (Action contre la faim). Les 16 solitaires engagés en Figaro 3 avaient quitté les côtes bretonnes dimanche dernier pour cette étape de 750 milles. Distance que le gagnant a franchi à la vitesse moyenne de 5,187 nœuds, en 3 jours 1 heure 15 minutes et 20 secondes.

 

Les héros étant souvent les mieux placés pour raconter leur exploit, laissons donc la parole à Xavier Macaire. À peine foulés les pontons espagnols, le skipper Groupe SNEFnous confie lui-même ses premières impressions. Avec ses mots presque encore mouillés et des phrases saccadées, comme rabotées par la fatigue de trois jours en mer, en course, en solitaire.

 

 

A certains moments, ça devenait plus qu’aléatoire

« Ça s’est passé nickel mais dire que c’était de tout repos, quand même pas… Il y a eu de la bagarre dès le début et ça n’a pas arrêté jusqu’à la fin… En figaro 3, peut être encore plus qu’avec les autres Figaro, tout peut basculer à tout moment, ça peut partir de partout, les options stratégiques déboulent à tout moment, on est jamais tranquille, quoi ! »

 

« Et le Figaro 3, en plus, il faut le tenir en permanence. Donc sur 75O milles, c’est long, en solitaire… Sur cette étape Aller, les vents n’étaient pas calés sur nos fichiers météo… À certains moments, franchement, ça devenait plus qu’aléatoire… C’est usant, aussi. »

MjAxOTA4MjM5NGY0NDM0NTJiODA4YTMzZjFiYzA1OTQ2MTMwYzQ?width=940&height=0&focuspoint=50%2C50&cropresize=1&client_id=cmsfront&sign=2bcb7f764023c2ba03465dce4cd963d89faf9662488a36f9cd6ba92ea07d1267

Xavier Macaire peut sourire : cette fois, à la différence de la Figaro, il ne s’est pas fait piéger par des molles. | FRANÇOIS VAN MALLEGHEM

 

« A quel moment j’ai gagné cette course ? Je ne le sais pas vraiment, en fait. Sur beaucoup de moments, en fait… Au début, il y a eu de la navigation, de la stratégie… Il fallait avoir la bonne trajectoire, je crois que la mienne, là-haut, a été bonne. »

 

« Ensuite, j’avais repéré une molle qu’il fallait passer pourtant, dans le Sud de Gascogne… J’avais Tom (Laperche – NDLR) et Benjamin (Schwartz – NDLR) dans mon tableau arrière… C’était chaud, pour entrer dans cette molle mais j’ai réussi à me mettre dedans à l’endroit où je voulais… Quand le vent est rentré, du coup, j’en suis sorti comme je l’espérais… Je pensais du coup que j’allais mettre 1 bon mille dans la vue de mes deux chasseurs. En fait, je leur en ai mis 5… Il ne me restait plus qu’à dérouler jusqu’à l’arrivée en contrôlant bien tout… Ça change ! Pendant la Solitaire, je n’ai pas arrêté de me faire piéger dans des molles. La roue tourne ! ».

On choisit une option et on s’y tient !

« En fait, j’ai été opportuniste, dans cette molle, et c’est ça qui a payé… Se mettre au bon endroit, au bon moment, et attendre sans s’user les nerfs… Il y a les autres, bien sûr, mais il y a aussi ces moments, dans une victoire, où l’on choisit une option et on s’y tient, sans trop regarder autour… »

 

« Des problèmes techniques ? Aucun. Pas d’eau dans les trappes de foil non plus… Je n’ai pas l’impression que les autres en aient eu… Mais de la regretter à ce que nous ne soyons pas allés directement aux Acores comme prévu, là, non… Il ne faut pas avancer dans le regret, Gijón, c’est chouette, et l’essentiel c’est qu’on vise tous la même ligne d’arrivée ».

MjAxOTA4OTRjOTVkZDZkOTlhY2JkYWJjYWI4MmU5YzFiNDc0ZjM?width=940&height=0&focuspoint=50%2C50&cropresize=1&client_id=cmsfront&sign=f0f7ad95a6374de582e6afc59e503d8168356c94f6aeb1ac2c35e502a3635abd
Tom Laperche est arrivé à Gijón 54 minutes et 55 secondes après Xavier Macaire. | FRANÇOIS VAN MALLEGHEM
 
« C’est l’avantage de la monotypie et j’adore ça… Il y aura toujours des grincheux pour dire que le Figaro 3 ceci ou le Figaro 3 cela… Je sais qu’au Fastnet, des Figaro 3 étaient engagés et sont arrivés derrière d’autres séries de la taille… Mais on ne va pas revenir mille ans sur ces foils, en tout cas… Ils sont là, ça donne des navigations plaisantes, chouettes. Les autres ont bien raison de courir en IRC, c’est une classe magnifique aussi… Mais chacun sa place et nous, en Figaro 3, on est bien, dans notre classe… Il faudrait juste que plus d’amateurs viennent courir avec nous, ça ouvrirait encore plus le jeu… Ça va venir. Mais avant, bien avant, il y aura l’étape retour, vers Douarnenez. À peine débarqué ici, je suis déjà dedans, dans ma tête ».
 
 

 

 

Share this post


Link to post

UNE REVANCHE ET DEUX CONFIRMATIONS - Le 7 août 2019 - 19:07

 

vma_3513_0.jpg?itok=H6lN9QXE

Il avait annoncé qu’il avait faim. Après une Solitaire du Figaro où il avait eu le sentiment que rien ne pouvait tourner en sa faveur, Xavier Macaire rêvait de remettre les pendules à l’heure. Ce qu’il a fait de fort jolie manière en coupant le premier la ligne d’arrivée à Gijón avec près d’une heure d’avance sur son premier poursuivant, Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir).

 

 

’est une étape où il fallait être inspiré. Les transitions ont joué un rôle déterminant dans le classement final et les plus réactifs ont su tirer leur épingle du jeu. L’étape s’est avérée d’autant plus délicate que les phases clés se sont quasiment toutes déroulées de nuit. Il fallait donc savoir lutter contre le sommeil, gérer ses possibles moments de repos le jour pour garder sa lucidité, une fois le soleil couché. A cela, s’ajoute la fatigue accumulée tout au long d’une saison d’autant plus dense qu’il a fallu apprivoiser le nouveau monotype Figaro Bénéteau 3. Plusieurs skippers l’avouaient, à l’instar de Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) ou de Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) : tous ont eu des trous, des instants où lutter contre le sommeil devenait mission impossible.

Alors que les prévisions météo annonçaient une potentielle arrivée dans de tous petits airs, la flotte a pu conserver de belles conditions et c’est au débridé sous gennaker et grand-voile haute que les solitaires ont franchi un par un la ligne d’arrivée devant le port de Gijón.

Derrière Justine Mettraux, neuvième, les écarts se sont creusés puisque Alan Roberts (Seacat Services) n’était attendu sur la ligne qu’aux alentours de 19 heures.

Au final, si cette première étape consacre de nouveau le talent de Xavier Macaire, elle confirme aussi l’émergence de nouveaux-venus tels Benjamin Schwartz, plus que jamais favori pour décrocher le titre de Champion de France de Course au Large ou Tom Laperche qui ne cesse de monter en puissance depuis le début de saison. De bon augure pour l’avenir du circuit…

 

 

Classement provisoire avant jury

1 Xavier Macaire (Groupe SNEF) en 3j 01h 15mn 20s

2 Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) à 54mn 55s

3 Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) à 02h 01mn 30s

4 Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) à 02h 05mn 22s

5 Erwan Le Draoulec (Emile Henry) à 02h 22mn 50s

6 Pierre Leboucher (Guyot Environnement) à 02h 29mn 20s

7 Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance) à 02h 31mn 34s

8 Tanguy Le Turquais (Quéguiner – Kayak) à 02h 38mn 01s

9 Justine Mettraux (TeamWork.net) à 02h 39mn 21s

 

Ils ont dit :

Xavier Macaire :

« Je suis vraiment content. On ne le dit pas assez, mais ce n’est jamais facile de gagner une course en Figaro. Même avec un plateau un peu plus réduit, le niveau était là, il fallait s’arracher pour rester aux avant-postes. J’ai pu faire la différence grâce à mon positionnement très à l’ouest avant le passage de cette bulle sans vent sur la flotte. Du coup, j’ai été le premier à retoucher du vent et cela m’a permis de faire la différence. »

 

Tom Laperche :

« C’est fantastique. Ce résultat vient dans la continuité de mes bonnes performances sur la Solitaire du Figaro. Le début de saison avait été mitigé et depuis, j’ai l’impression d’être en progression constante. C’est là que je me rends compte de tout le travail accumulé avec le centre d’entrainement de Port-la-Forêt. Ça me permet de mesurer la chance que j’ai de disposer d’un bateau d’une part et de pouvoir bénéficier d’un tel accompagnement… »

 

Benjamin Schwartz :

« Au niveau comptable, c’est plutôt une bonne opération dans la perspective du Championnat de France. Il reste que je ne suis pas totalement satisfait de la manière dont j’ai navigué. J’ai fait pas mal de petites erreurs qui me coûtent du temps. Je sens bien que je n’ai pas l’état de fraicheur que j’avais au départ de la Solitaire du Figaro. Comme je n’ai pas de partenaire, j’ai dû retourner travailler après la Solitaire et c’est vraiment sur ce genre de course que tu sens à quel point il faut du temps pour récupérer tous tes moyens. »

 

https://www.douarnenez-gijon.com/actualites/une-revanche-et-deux-confirmations?fbclid=IwAR2dWG9xfxUghcwdm4IXU1iebD9Syr2_G8299fLzUvQyOw_pOUopoZHTJRg

 

Share this post


Link to post

Le depart de la 2eme Etape est avance a Samedi 13h CET (initialement prevu Dimanche a 16h CET).

Share this post


Link to post

ENTRACTE - Le 8 août 2019 - 17:49

 

Il flotte sur le ponton des Figaro comme un petit air de vacances. Le dépaysement, le soleil sont autant d’incitation au farniente. Pourtant, les coureurs vont tout juste avoir le temps de faire quelques emplettes dans les commerces locaux, de recharger les batteries avant de se plonger dans les fichiers de vent.

 

C’est finalement samedi en début d’après-midi que la flotte de la Douarnenez Courses Solo Gijón prendra son envol pour une deuxième étape qui promet d’ores et déjà d’être tonique. L’analyse météo faite par la direction de course l’a conduite à prendre cette décision : « la journée de dimanche promet d’être molle et il sera très difficile de s’extirper des côtes cantabriques » explique François Séruzier, le directeur de course. « Il nous faut, de plus, compter avec une nouvelle dépression qu’il faudra négocier pour éviter que les concurrents ne soient pris dans des conditions trop brutales… C’est l’évolution de cette dépression qui nous permettra de savoir si nous pourrons aller virer le Fastnet ou non. »

Avancer la date de départ permet à la direction de course d’avoir plus de souplesse et de continuer de proposer un véritable parcours hauturier, ce qui est l’essence même de cette épreuve voulue par Douarnenez Courses.

Rendez-vous est donc pris pour une deuxième étape qui, quoi qu’il advienne, ne devrait pas manquer de sel.

 

 

Classement provisoire à l’issue de la première manche

1 Xavier Macaire (Groupe SNEF) en 3j 01h 15mn 20s

2 Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) à 54mn 55s

3 Benjamin Schwartz (Action contre la Faim) à 02h 01mn 30s

4 Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) à 02h 05mn 22s

5 Erwan Le Draoulec (Emile Henry) à 02h 22mn 50s

6 Pierre Leboucher (Guyot Environnement) à 02h 29mn 20s

7 Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance) à 02h 31mn 34s

8 Tanguy Le Turquais (Quéguiner – Kayak) à 02h 38mn 01s

9 Justine Mettraux (TeamWork.net) à 02h 39mn 21s

10 Alan Roberts (Seacat Services) à 04h 56mn 16s

11 Cassandre Blandin (Klaxoon C) à 05h 42mn 25s

12 Cécile Laguette (Eclisse) à 07h 20mn 35s

13 Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) à 07h 30mn 36s

14 Stan Thuret (Everial) à 08h 28mn 33s

15 Matthieu Damerval (Klaxoon M) à 10h 10mn 20s

16 Gaston Morvan (Océan Attitude Halte au Cancer) à 10h 14mn 20s

Share this post


Link to post

Je pense qu'on n'ira pas voir le Fastnet a nouveau. Avec les previsions meteo actuelles on mettrait deja 3 jours pour l'atteindre et du vent de 30 nds pour redescendre vers la Bretagne. Au mieux on ira visiter le Wolf Rock et arrivee a Douarn en tout juste 3 jours.

Share this post


Link to post
Il y a 2 heures, droopyNJ a dit :

Apparement on est parti pour aller jusqu'au Fastnet

https://www.douarnenez-gijon.com/sites/douarnenez-horta.com/files/pdf/avenant_4.pdf

 

environ 4 jours et demi de course

une fois parti comme il n'y a pas de point de passage entre Gijon et le Fastnet, cela me parait impossible qu'il modifie le parcours ... sauf impératif extrême de sécurité  

Share this post


Link to post

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.